Les employés pourront échanger la voiture de société contre du cash dès 2018

© Sylvain Piraux - Le Soir
© Sylvain Piraux - Le Soir

L’idée avait émergé à l’automne de l’année dernière : proposer au travailleur qui dispose d’une voiture de société de l’échanger contre une somme d’argent qui bénéficierait du même régime fiscal et social favorable. Une mesure qui vient d’être approuvée en kern. De source gouvernementale, l’objectif est d’offrir « une alternative au véhicule de société fiscalement avantageux pour améliorer la mobilité et l’environnement ». Peu de détails ont toutefois filtré jusqu’ici. Cette formule « Cash for car » serait réservée aux « travailleurs qui disposent déjà d’un véhicule de société ». Elle serait basée sur le double volontariat : le travailleur serait libre de la demander et l’employeur libre de l’accorder. Surtout, la mesure devra être « budgétairement neutre tant pour le travailleur que l’employeur ou l’État ».

Le projet de loi fixera « un certain nombre de conditions et de critères » qui « doivent permettre d’éviter que le système ne fasse l’objet d’un usage impropre » (notamment que l’allocation de mobilité soit accordée à la place d’un salaire « normal »). En acceptant le « deal », le travailleur devra évidemment totalement renoncer à sa voiture de société.

Quel sera le montant de l’allocation ? Ici aussi, le flou persiste. Selon nos confrères de Het Laatste Nieuws, la somme sera calculée sur base de la valeur de la voiture de société à laquelle le travailleur renonce. Si ce dernier bénéficie d’une carte carburant, l’allocation sera majorée de 20 %.

Il sera aussi demandé aux partenaires sociaux « d’élaborer un mécanisme d’indexation dans un délai de six mois ». S’ils n’y parviennent pas, le gouvernement reprendra la main pour fixer lui-même ce mécanisme.

Toujours selon nos confrères, l’allocation mobilité entrera en vigueur le 1er janvier 2018 et sera évaluée après un an.

La décision du kern devra encore faire l’objet d’un accord définitif en Conseil des Ministres « dans le courant des prochaines semaines ».

Sur le même sujet
Lois et règlements
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite