Accueil Économie Mobilité

SNCB: le projet de loi sur le service minimum devra être adapté

Le Conseil d’Etat ne recale pas intégralement le projet, mais estime notamment que le délai de 4 jours ouvrables, avant lequel chaque agent devrait décider s’il prend part à la grève ou non, est trop long.

Temps de lecture: 1 min

Le texte du projet de loi du ministre de la Mobilité François Bellot (MR), instaurant un service minimum à la SNCB, va devoir être adapté, à la suite de différentes remarques du Conseil d’Etat, peut-on lire samedi dans La Libre Belgique et L’Echo. L’instance s’est prononcée sur le texte, approuvé le 19 mai par le conseil des ministres, dans un avis qui n’a pas encore été traduit en néerlandais.

Et le droit de grève ?

Le Conseil d’Etat ne recale pas intégralement le projet, mais estime notamment que le délai de 4 jours ouvrables, avant lequel chaque agent devrait décider s’il prend part à la grève ou non, est trop long. Par ailleurs, le fait que l’agent ne puisse plus changer d’avis après ce délai met un coup dans l’aile du droit de grève, d’après le Conseil d’État.

«On va maintenant analyser l’avis en intercabinets en gardant cet objectif d’équilibre, mais notre volonté demeure le dépôt du projet de loi à la Chambre avant les vacances parlementaires (21 juillet)», a réagi le cabinet Bellot.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs