Seraing: une nouvelle affaire de mandat étonnamment rémunéré

Ici, rue Marnix, bientôt un Eros center...
Ici, rue Marnix, bientôt un Eros center...

Appelé à encadrer la prostitution sur le territoire communal, l’Eros center de Seraing devrait voir le jour dans deux ans, il permettra à une centaine de prostitué(e)s d’y recevoir leurs clients en toute sécurité.

Depuis début 2015, sa gestion est assurée par l’ASBL Geces, dont le conseil d’administration regroupe des mandataires communaux, des experts, des représentants de l’associatif: c’est ce CA qui, le 28 juin, n’a accepté d’approuver les comptes que sous certaines réserves, à commencer par une meilleure connaissance des prestations de l’administratrice-déléguée.

10 heures par semaine

Employée communale à temps plein, celle-ci explique travailler soirs et week-ends pour l’ASBL, soit «40 heures par mois, à la grosse louche».

Ses honoraires, fixés par la Ville de Seraing et un bureau comptable, sont conséquents: 31.992 euros bruts annuels d’émoluments, la prise en charge de ses cotisations sociales, 7.300 euros pour son véhicule, un PC et des frais de téléphonie admis jusqu’à 1.200 euros par an. Soit un total annuel d’environ 48.000 euros pour une implication moyenne de 10 heures par semaine, selon les documents comptables de l’association.

A lire sur Le Soir+: une générosité qui a donc, bien que tardivement, suscité la curiosité des administrateurs. Et que ne conteste pas la principale intéressée.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite