Seraing: une nouvelle affaire de mandat étonnamment rémunéré

Ici, rue Marnix, bientôt un Eros center...
Ici, rue Marnix, bientôt un Eros center...

Appelé à encadrer la prostitution sur le territoire communal, l’Eros center de Seraing devrait voir le jour dans deux ans, il permettra à une centaine de prostitué(e)s d’y recevoir leurs clients en toute sécurité.

Depuis début 2015, sa gestion est assurée par l’ASBL Geces, dont le conseil d’administration regroupe des mandataires communaux, des experts, des représentants de l’associatif: c’est ce CA qui, le 28 juin, n’a accepté d’approuver les comptes que sous certaines réserves, à commencer par une meilleure connaissance des prestations de l’administratrice-déléguée.

10 heures par semaine

Employée communale à temps plein, celle-ci explique travailler soirs et week-ends pour l’ASBL, soit «40 heures par mois, à la grosse louche».

Ses honoraires, fixés par la Ville de Seraing et un bureau comptable, sont conséquents: 31.992 euros bruts annuels d’émoluments, la prise en charge de ses cotisations sociales, 7.300 euros pour son véhicule, un PC et des frais de téléphonie admis jusqu’à 1.200 euros par an. Soit un total annuel d’environ 48.000 euros pour une implication moyenne de 10 heures par semaine, selon les documents comptables de l’association.

A lire sur Le Soir+: une générosité qui a donc, bien que tardivement, suscité la curiosité des administrateurs. Et que ne conteste pas la principale intéressée.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Wallonie transfère une compétence du fédéral à partir du 6 mai.

    L’aptitude à la conduite sera désormais une compétence wallonne

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite