Seraing: une nouvelle affaire de mandat étonnamment rémunéré

Ici, rue Marnix, bientôt un Eros center...
Ici, rue Marnix, bientôt un Eros center...

Appelé à encadrer la prostitution sur le territoire communal, l’Eros center de Seraing devrait voir le jour dans deux ans, il permettra à une centaine de prostitué(e)s d’y recevoir leurs clients en toute sécurité.

Depuis début 2015, sa gestion est assurée par l’ASBL Geces, dont le conseil d’administration regroupe des mandataires communaux, des experts, des représentants de l’associatif: c’est ce CA qui, le 28 juin, n’a accepté d’approuver les comptes que sous certaines réserves, à commencer par une meilleure connaissance des prestations de l’administratrice-déléguée.

10 heures par semaine

Employée communale à temps plein, celle-ci explique travailler soirs et week-ends pour l’ASBL, soit «40 heures par mois, à la grosse louche».

Ses honoraires, fixés par la Ville de Seraing et un bureau comptable, sont conséquents: 31.992 euros bruts annuels d’émoluments, la prise en charge de ses cotisations sociales, 7.300 euros pour son véhicule, un PC et des frais de téléphonie admis jusqu’à 1.200 euros par an. Soit un total annuel d’environ 48.000 euros pour une implication moyenne de 10 heures par semaine, selon les documents comptables de l’association.

A lire sur Le Soir+: une générosité qui a donc, bien que tardivement, suscité la curiosité des administrateurs. Et que ne conteste pas la principale intéressée.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno d’Alimonte/Le Soir

    Didier Reynders exprime ses ambitions au «Soir»: «Le casting bleu est logique»

  2. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Marche des jeunes pour le climat: les filles et les mecs à égalité

  3. Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents se retrouvent de jeudi à dimanche prochain au Vatican, à l’appel du pape François.

    Pédophilie: l’heure de vérité pour le Vatican

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite