Seraing: une nouvelle affaire de mandat étonnamment rémunéré

Ici, rue Marnix, bientôt un Eros center...
Ici, rue Marnix, bientôt un Eros center...

Appelé à encadrer la prostitution sur le territoire communal, l’Eros center de Seraing devrait voir le jour dans deux ans, il permettra à une centaine de prostitué(e)s d’y recevoir leurs clients en toute sécurité.

Depuis début 2015, sa gestion est assurée par l’ASBL Geces, dont le conseil d’administration regroupe des mandataires communaux, des experts, des représentants de l’associatif: c’est ce CA qui, le 28 juin, n’a accepté d’approuver les comptes que sous certaines réserves, à commencer par une meilleure connaissance des prestations de l’administratrice-déléguée.

10 heures par semaine

Employée communale à temps plein, celle-ci explique travailler soirs et week-ends pour l’ASBL, soit «40 heures par mois, à la grosse louche».

Ses honoraires, fixés par la Ville de Seraing et un bureau comptable, sont conséquents: 31.992 euros bruts annuels d’émoluments, la prise en charge de ses cotisations sociales, 7.300 euros pour son véhicule, un PC et des frais de téléphonie admis jusqu’à 1.200 euros par an. Soit un total annuel d’environ 48.000 euros pour une implication moyenne de 10 heures par semaine, selon les documents comptables de l’association.

A lire sur Le Soir+: une générosité qui a donc, bien que tardivement, suscité la curiosité des administrateurs. Et que ne conteste pas la principale intéressée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite