Accueil Société Régions Bruxelles

Molenbeek a sa bière

Le breuvage n’est pas à vendre mais à offrir lors d’événements culturels.

Temps de lecture: 2 min

Elle est là. Fraîche, prête à être dégustée. Elle, c’est la bière « Molenbeek sous pression ». On s’en souvient, au lendemain des attentats de Paris en novembre 2015 et alors que le focus médiatique était placé sur Molenbeek, Paolo Pellizzari avait déposé la marque Molenbeek pour une bière et un soda.

Aujourd’hui, 1.500 bières sont disponibles pour offrir lors d’événements culturels. «  L’idée n’est pas de vendre cette bière mais de l’offrir lors d’événements culturels. Les organisateurs pourraient acheter la bière à prix coûtant et l’offrir aux personnes qui assistent à l’événement. Je suis d’ailleurs à la recherche d’une chanteuse pour réaliser un concert de lancement de la bière », explique Paolo Pellizzari, un professeur de photo à la Cambre.

Habitant dans le Brabant wallon, Paolo Pellizzari, l’avoue, il connaît «  mal » Molenbeek mais la commune le «  fascine ». «  Je pense que Molenbeek, ça se sent car c’est tellement typique avec un ADN particulier. Molenbeek peut devenir prochainement un quartier réputé comme Little Italy ou Brooklyn. Molenbeek a un côté fascinant. La bière est une façon de contrecarrer la stigmatisation de la commune avec quelque chose de positif. J’aime me promener à Molenbeek », développe notre interlocuteur qui ne cherche pas à faire du profit avec ses bières. «  Pour le moment, je ne fais que les distribuer  », sourit-il.

Pour fabriquer la bière Molenbeek, Paolo est passé par la brasserie de Marsinne. «  Je cherchais une brasserie à Bruxelles mais je n’ai pas trouvé ce que je souhaitais. J’ai eu un contact avec la brasserie qui brasse la Léopold 7 et ça s’est bien passé », souligne-t-il.

C’est que Paolo recherchait un goût bien particulier. «  Je ne voulais pas d’une pils mais pas d’un goût trop fort comme les bières brunes. Je voulais quelque chose accepté par tous mais avec un truc particulier. Elle est donc un peu épicée  », poursuit Paolo Pellizzari.

À l’origine, Paolo souhaitait réaliser une bière et un soda avec une même forme de bouteille pour les deux. «  De façon à ce qu’on ne sache pas différencier ce que la personne boit en voyant la bouteille posée sur un bar. Mais il est plus difficile de fabriquer un soda qu’une bière. Donc pour le moment, ce n’est qu’une bière. Mais je ne suis ouvert à toutes les collaborations pour un soda  », conclut celui qui a lancé « Molenbeek sous pression ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo