Bastogne: les chars prestigieux, du livre à la balade historique

Dans cet article

La Bataille des Ardennes a laissé des traces. Dans les cœurs, bien sûr, mais aussi matérielles. Les chars en font partie. Que ce soit à Bastogne, Houffalize ou Wibrin dans notre province ; à Clervaux et à Wiltz chez nos voisins, ils appellent le regard des passants ou des touristes de passage. Certains s’arrêtent un instant, le prennent en photo… Et puis ? Hugues Wenkin et Christian Dujardin ont voulu dépasser le stade de la simple contemplation. Pendant un an, ils ont effectué de minutieuses recherches sur chacun de ces chars prestigieux. «  Pour trois d’entre eux, par exemple, nous avons pu retrouver jusqu’au numéro de série, précise Christian Dujardin. Nous avons ainsi pu identifier les usines où ils avaient été construits et leur mois de fabrication à 15 jours près. »

Au final, ces recherches ont débouché sur un livre Les témoins d’acier paru chez Weyrich Édition. Un livre très soigné et très documenté où l’on peut retrouver le contexte dans lequel le char a été détruit, une découverte détaillée de chaque char (avec ses impacts éventuels)…

Si ces blindés plus que d’autres ont survécu aux affres du temps, en évitant les pillages, c’est parce qu’ils avaient généralement été abandonnés dans un terrain difficile d’accès. «  Le Panther d’Houffalize se trouvait dans l’Ourthe, le Sherman de Bastogne était coincé dans une zone marécageuse , exemplifie Christian Dujardin. À Wibrin, par contre, il n’y a qu’un demi-char exposé. Le bourgmestre de l’époque a tout fait pour le sauver. Il voulait conserver un souvenir de l’histoire de la localité. Il a finalement pu en sauver une moitié. Mais qui s’avère très intéressante car elle permet de découvrir de manière détaillée le contenu d’un char. »

Ce livre donne aussi un outil intéressant pour permettre à ceux qui voudraient les admirer de pouvoir le faire au travers d’une promenade d’environ 70 kilomètres. La balade historique proposée sous forme de road book par les deux auteurs démarre à Clervaux, dans la cour du château. La raison est historique. «  C’est dans cette région qu’a débuté l’Offensive des Ardennes », rappelle Hugues Wenkin.

De là, le promeneur se rendra à Wiltz avant de découvrir Bastogne, Houffalize et Wibrin. Ce road book propose aussi de découvrir les musées et/ou les monuments liés à l’Offensive. «  Grâce aux reproductions des cartes d’époque, ceux qui le souhaitent pourront aussi aller sur le terrain se positionner là où se trouvaient les militaires lors des combats. »

Si le livre est plutôt un bel outil, son prix reste très démocratique. Il est vendu au prix de 19,50 euros. On peut le trouver dans toutes les librairies depuis quelques jours. « On peut également le commander sur notre site www.weyrich-edition.be », ajoute l’éditeur Olivier Weyrich.

Restauration

Par Nathalie Husquin

« On y arrivera »

Selon les auteurs, le char serait tombé dans l’Ourthe le 15 janvier 1945. « Mais pas à la suite d’un bombardement, précisent les auteurs. Il n’y en a pas eu ce jour-là. » Sa chute aurait été provoquée par l’effondrement du pont sur lequel il s’était engagé. « Des cinq soldats à bord du char, un seul survivra », commente Hugues Wenkin. Aujourd’hui, la commune d’Houffalize a souhaité faire restaurer ce vestige de l’Offensive des Ardennes. Elle en a confié la mission au Centre de restauration de Bastogne Barracks à Bastogne. « La restauration proprement dite n’a pas encore démarré, explique l’un des militaires présents sur place. Nous avons prévu de nous y atteler de manière plus active au début du mois d’août. En attendant, nous effectuons différentes recherches. Nous aimerions retrouver certaines pièces manquantes comme des barres de torsion… Nous avons une piste en France. Cette restauration ne sera pas simple mais on y arrivera. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite