Accueil Économie

Tax shift: 5 heures pour tourner en rond

Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, défendait pour la première fois sa réforme fiscale devant les parlementaires. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on n’a pas appris grand-chose…

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Les députés d’opposition attendaient cela depuis trois mois : un débat sur le tax shift. Parce qu’il y a eu une première présentation à la presse du « virage fiscal version Charles Michel » à la mi-juillet. Puis une seconde le 10 octobre, confirmant la première version avec quelques précisions en plus. Mais jamais les députés n’avaient eu l’occasion de se pencher sur le projet. Bon, il faut avouer qu’il y a eu les vacances parlementaires, mais elles n’empêchent pas de réunir la commission Finances. D’ailleurs, un échange de vues sur le tax shift entre députés a été programmé à plusieurs reprises… avant d’être systématiquement annulé. Le gouvernement Michel (et son ministre des Finances) n’était pas prêt, paraît-il.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Emploi: la «grande démission» ne touche pas (encore) la Belgique

Pourquoi le Belge hésite-t-il à quitter son emploi, alors que le phénomène de la « grande démission » volontaire fait rage aux Etats-Unis et s’invite désormais en France ? Les spécialistes avancent leurs explications. Et avant tout la protection que représente chez nous l’indexation automatique des salaires en période d’inflation.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs