Accueil Société Régions Liège

Verviers: une plateforme met en contact réfugiés et propriétaires

La plateforme logement est à la recherche de propriétaires. En place depuis janvier, elle assiste les réfugiés dans leur quête d’un logement. Certains propriétaires acceptent des compromis pour aider leurs locataires à s’intégrer.

Temps de lecture: 3 min

Trouver un logement quand on vient d’obtenir son statut de réfugié, c’est un parcours du combattant dont les difficultés n’ont pas échappé au CRVI (Centre régional verviétois d’intégration), aux services du logement et au CPAS de Verviers. « Le CPAS de Verviers a engagé une assistante sociale à temps plein pour un contrat d’un an afin de gérer la plateforme logement dans le cadre d’un projet de partenariat entre le CRVI, le DUS (Dispositif d’urgence sociale) et la Croix-Rouge. La plateforme logement a été créée à destination des personnes qui viennent d’être reconnues réfugiées et qui doivent quitter leur centre d’accueil. Elle permet de faciliter l’accès des personnes réfugiées à des logements privés endéans le laps de temps qui leur est octroyé », détaille Farid Nagui, directeur du CRVI.

Julien Keppenne, pour le DUS, et Yannh Moray du CRVI travaillent spécifiquement pour cette plateforme logement en collaboration avec toute une série d’associations actives dans la région. Yannh Moray se charge de contacter les propriétaires de logement et de les convaincre d’accepter pour locataires des réfugiés qui viennent d’obtenir leurs papiers. Autant dire que ce n’est pas toujours facile. « Il y a des jours où j’ai de la chance et où en cinq coups de fils je trouve un logement, d’autres où j’en ai moins et où je passe une cinquantaine de coups de fil », explique la travailleuse sociale.

Un appart sans revenu

Les logements étant très difficiles à trouver pour ces personnes précarisées, la plate-forme, mise sur pied en janvier, recherche sans cesse de nouveaux propriétaires. « On cherche à créer un réseau de gens de bonne volonté. » Et les propriétaires doivent l’être pour en faire partie. « C’est souvent un très gros frein pour les propriétaires que de devoir accepter la location d’un logement en n’ayant aucun premier loyer et aucune caution locative », explique Julien Keppenne. De fait, les réfugiés qui viennent d’obtenir leur statut n’ont droit à aucune allocation financière.

« Quand les personnes obtiennent leur statut de réfugiés, cela veut dire qu’elles ont le droit de sortir du centre d’accueil. Elles ont deux mois pour trouver un logement. Les centres d’accueil ont des politiques fort différentes en la matière. Certains trichent un petit peu sur le délai des deux mois tandis que d’autres mettent les gens dehors. À ce moment-là, quand elles viennent d’avoir leur statut, les personnes n’ont pas de revenu ou d’aide financière », explique une représentante de l’association malmédienne Couleur Café. « Si elles ont participé à des activités, des tâches dans le centre d’accueil elles ont 1,2 € par jour et il y a une aide hebdomadaire de 7 ou 8 euros », ajoute un représentant de Fedasil.

Pas facile de trouver un logement dans ces conditions. « Avant d’aller frapper à la porte du CPAS, il faut un logement. Tant que la personne ne vient pas avec un contrat ou une promesse de bail signée, elle peut frapper à toutes les portes qu’elle veut, elle n’aura rien. Et même une fois que la porte du CPAS est ouverte, il y a toujours un décalage entre le moment où les gens s’installent et où les indemnités arrivent », rappelle-t-on chez Couleur Café.

Dans ce parcours du combattant, la présence de la plate-forme peut rassurer les propriétaires en leur montrant tout l’accompagnement mis en place autour de ces personnes. Avis, donc, aux propriétaires solidaires et engagés. Certaines primes peuvent également leur être octroyées.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo