Accueil Belgique Politique

Crise politique: les cinq raisons qui font hésiter Ecolo

Chez les verts, réformer le système démocratique est un préalable. Mais faut-il y aller (dans les majorités) ou pas ? Même si rien n’est tranché, plusieurs éléments plaident en défaveur d’une participation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Faisant fi de l’injonction du MR d’accélérer le tempo, le bureau politique d’Ecolo a confirmé ce lundi le mandat de ses coprésidents : « Poursuivre les discussions visant à assainir les pratiques politiques et à refonder la démocratie ». Avec une deadline, elle aussi répétée : le 21 juillet. Mais quand bien même le tandem écologiste obtiendrait une avancée sur la gouvernance, il n’est pas acquis que le parti entrerait dans des majorités fédérées.

Plusieurs éléments expliquent ces réticences.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van Essche Sabine-thérèse, jeudi 6 juillet 2017, 9:47

    Je sens que progressivment mon coeur se re-tourne vers écolo qui me semble, pour l'instant, le parti le plus cohérent et congruent. Le gouvernement fédéral peut démissionner, cela fera plus d'un heureux et avoir des garanties de changements en profondeur pour retrouver une démocratie plus démocratique, c'est plutôt encourageant.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs