L’extension du cours de citoyenneté à tout le secondaire maintenue au 1er septembre

L’extension du cours de citoyenneté à tout le secondaire maintenue au 1er septembre

L’extension du cours de philosophie et de citoyenneté (CPC) à tout l’enseignement secondaire officiel interviendra bien en septembre prochain, malgré l’appel lancé par un collectif d’enseignants de morale et religions à reporter la réforme d’un an.

Mardi soir, en commission de l’Éducation du Parlement, la majorité (en sursis) PS-cdH a approuvé le décret fixant différents éléments de mise en oeuvre du nouveau cours.

Appliqué -non sans mal- à tout le primaire officiel depuis septembre 2016, le CPC sera donc étendu à tout le secondaire dès la rentrée de septembre prochain.

Ce nouveau cours remplacera une des deux heures de morale ou religion dont bénéficiaient jusqu’ici les élèves de l’officiel. Ceux qui le souhaiteront pourront demander à être dispensés de l’heure résiduelle de morale ou religion au profit d’une seconde heure hebdomadaire de CPC.

Le décret fixe notamment les conditions pour pouvoir donner le cours et l’ordre de dévolution des emplois, ainsi que des mesures spécifiques durant une période de transition. Le gouvernement de la Fédération s’est en effet engagé à ce qu’aucun enseignant ne perde son emploi à cause de la réforme.

Vu l’expérience vécue dans le primaire où certains profs ont été obligés de donner cours dans parfois 10 à 12 implantations différentes pour conserver un horaire complet, le projet de décret approuvé mardi soir limite dorénavant à 6 le nombre d’écoles où ils seront amenés à travailler.

Le projet de décret a été approuvé par le PS et le cdH. Le MR, qui avait suggéré de reporter l’organisation du cours au 1er octobre 2017, s’est abstenu. Ecolo et DéFI, qui ne disposent pas d’un nombre suffisant d’élus pour être reconnus comme groupes politiques, n’ont pu voter.

Le décret devrait être définitivement validé d’ici quinze jours en séance plénière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite