Kazakhgate: quand Etienne des Rosaies travaillait pour l’Ordre de Malte et pour George Forrest

George Forrest © Belga
George Forrest © Belga

Ce mercredi en audition de la commission d’enquête « Kazakhgate », Jean-Claude Fontinoy, ancien collaborateur du ministre des Finances Didier Reynders, est venu préciser ce qu’étaient ses relations avec le préfet honoraire de l’Elysée Jean-Francois Etienne des Rosaies, acteur-clé du dossier Kazakhgate. M. Fontinoy a précisé ne jamais avoir rencontré Etienne des Rosaies « avant le 10 octobre 2013  », bien après le vote de la loi d’élargissement de la transaction pénale et la transaction pénale favorable au « trio kazakh », cœur du scandale Kazakhgate.

Il a bien eu des relations ensuite avec ce préfet, mais « dans le cadre de la tentative d’anoblissement de George Forrest », homme d’affaires belges actif à Lubumbashi (RD Congo), et sans rapport avec le Kazakhgate. Pourquoi ? A l’automne 2013, le préfet de l’Elysée Jean-Francois Etienne des Rosaies travaillait pour le grand chancelier de l’Ordre de Malte, lequel tentait effectivement de faire avancer l’anoblissement de George Forrest.

Rien à signaler… si ce n’est que l’enquête judiciaire française sur le Kazakhgate relève que Etienne des Rosaies, qui représentait donc l’Ordre de Malte et favorisait la demande d’anoblissement, était au même moment financé à titre privé par le même George Forrest via la société GB Conseils. De septembre 2013 à avril 2014, révèlent les PV français, la société de Etienne des Rosaies a touché de George Forrest via un compte ouvert à la banque Delubac pas moins de 95.000 euros d’honoraires. Le préfet Etienne des Rosaies ne semblait donc pas vraiment désintéressé dans la campagne d’encouragement à l’anoblissement de George Forrest.

Invalid Scald ID.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite