Les Ardentes sous surveillance

Le festival « Les Ardentes » qui démarre ce 6 juillet sur le site de Coronmeuse affichera-t-il complet ? « Les préventes sont bonnes. On pourrait atteindre notre deuxième plus forte affluence pour cette 12e édition, déclare Jean-Yves Reumont, responsable presse du festival. Le camping est déjà sold out avec 25.000 nuitées tandis que les pass 4 jours sont en passe de l’être et les pass pour une journée devraient suivre », poursuit Jean-Yves Reumont.

Près de 20.000 festivaliers sont attendus pour chacun des 4 jours avec un important dispositif de sécurité qui touche non seulement aux infrastructures (contrôle des podiums notamment) mais aussi au public, compte tenu du maintien du niveau 3 de la menace (sur une échelle de 4).

« Nous avons demandé aux organisateurs de renforcer le gardiennage interne et, compte tenu du changement d’emplacement des scènes, nous avons fait placer des dispositifs anti-intrusion pour les véhicules, explique Marc Minet chef de cabinet du bourgmestre. Sinon, pour le reste, les dispositions restent identiques à celles de l’an passé ». Concrètement, chaque festivalier peut être fouillé par les services de sécurité engagés par l’organisateur, des policiers en civil surveillent les comportements suspects et des policiers en uniforme contrôlent l’accessibilité du site. Des nouveautés : le renfort de deux caméras de surveillance mobiles qui viennent s’ajouter aux deux caméras fixes et le placement de portiques de détection à l’entrée du festival, comme dans les aéroports. « Les festivaliers seront fouillés. Celui qui refuse ne pourra pas entrer. Seuls les petits sacs à main seront autorisés », explique Marie Philippart de Foy, porte-parole de la police de Liège.

« L’événement est public mais l’accès au site est fermé ce qui facilite quelque peu les contrôles, explique Marc Minet. Finalement, notre plus grosse crainte serait d’avoir un gros orage. » Notons que 50 secouristes de la Croix-Rouge seront mobilisés chaque jour sur le site avec deux postes de soins.

Navettes gratuites

Les festivaliers auront également droit à une surveillance renforcée au niveau de la détention de drogues qui fera désormais l’objet d’une poursuite systématique par le Parquet, sauf pour la détention de cannabis en dessous de 3 grammes (lire ci-contre).

Toutes ces mesures ne semblent pas affecter la fréquentation du festival qui, en quatre jours, va accueillir une centaine d’artistes et de groupes musicaux mais aussi une pièce de théâtre (Block-Buster) et la première édition d’un salon de start-up actives dans le domaine musical.

Enfin, comme à sa bonne habitude, le TEC Liège-Verviers organise chaque jour des navettes gratuites de bus entre la gare des Guillemins et le site de Coronmeuse. Premier départ des Guillemins à 14 h 30 et dernier retour au départ de Coronmeuse à 2 h 30.

Drogues

Par Belga

Tolérance zéro dans les festivals

Une nouvelle circulaire prévoit désormais une tolérance zéro en matière de détention de produits stupéfiants dans l’arrondissement judiciaire de Liège, Huy et Verviers. Sont visés les festivals et rassemblements festifs. Cette tolérance zéro est appliquée pour la première fois aux Ardentes. « La volonté est d’instaurer une réponse pénale pour toute détention de produits stupéfiants sachant que la consommation d’alcool et de drogue, voire de drogue seule, peut induire des comportements dangereux et qui troublent l’ordre public », déclare Damien Leboutte substitut au Parquet de Liège. Concrètement, toute personne qui sera contrôlée en possession de produits stupéfiants sera sanctionnée. « Au-delà de 3 grammes de drogue douce ou quelle que soit la quantité de drogues dures, les produits seront saisis et une transaction sera proposée. Si la personne accepte, la transaction sera envoyée au domicile dans la semaine. En cas de refus, la personne sera convoquée au commissariat de police pour être entendue et elle sera citée à comparaître devant le tribunal correctionnel », explique Catherine Collignon, première substitute au Parquet de Liège. La transaction qui sera proposée variera entre « 75 et 300 euros selon la nature du produit et la quantité », souligne Vanessa Laus, substitute référente en matière de drogues au Parquet de Liège. La détention de cannabis étant tolérée jusqu’à 3 grammes, indépendamment de cette nouvelle circulaire, aucune transaction ne sera proposée, mais les produits seront saisis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous