Vers une disparition de la liberté de chercher?

Vers une disparition de la liberté de chercher?

La liberté de chercher, quel bel objectif, dont le FNRS a fait son leitmotiv. Pourquoi est-ce important, surtout en recherche fondamentale ? Parce que garantir la liberté de chercher, c’est assurer que tout phénomène intéressant dans le champ du réel puisse être étudié scientifiquement, ce qui peut déboucher plus tard sur des progrès tangibles pour nous et le monde qui nous entoure. Malheureusement, cette liberté est très menacée actuellement. En raison de la réduction relative du financement de la recherche et de la compétition exacerbée qui s’ensuit parmi les chercheurs pour obtenir des crédits, des pans entiers de la recherche sont en train de disparaître parce qu’ils ne sont pas à la mode, pas assez « exciting ». Le financement de la recherche a été infiltré par les modèles libéraux et devient essentiellement « performance-based », ce qui constitue une erreur quand ces modèles sont appliqués de manière excessive. Suite à cela, au niveau mondial, la fraude scientifique et la non-reproductibilité des résultats (surtout en recherche biomédicale) deviennent massives. Il existe une tendance très inquiétante à ce que l’état d’esprit de nombreux scientifiques se rapproche plus de celui d’un businessman soucieux de son budget que d’un chercheur curieux d’apprendre et de découvrir.

Revaloriser la recherche fondamentale

En Fédération Wallonie-Bruxelles, nous avons la grande chance de disposer de chercheurs talentueux nommés à titre définitif, les mandataires permanents du FNRS (chercheurs qualifiés, maîtres de recherche et directeurs de recherche). Ils sont 410. Le système actuel est en train de réduire drastiquement les ressources d’un grand pourcentage d’entre eux, avec la démotivation qui s’ensuit. Le phénomène est évidemment aussi marqué pour les chercheurs qui sont également enseignants. Les citoyens paient donc les salaires d’une masse de chercheurs dont une majorité sont dans l’impossibilité de mener à bien leurs recherches de manière optimale. Ceci est très dysfonctionnel et m’incite à lancer un appel au monde politique (le moment est favorable…) et aux chercheurs pour trouver des solutions à ces problèmes. A mon sens, une fraction significative des fonds wallons destinés à la recherche appliquée devrait être redirigée vers la recherche fondamentale. Par ailleurs, tous les laboratoires ayant des performances de niveau international devraient recevoir un financement de base. Ne serait-ce pas formidable que la FWB soit un îlot préservé dans lequel l’adage enthousiasmant du FNRS ne serait pas lettre morte ?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le modèle confédéral version N-VA soulève plusieuyrs objextions qui doivent impérativement être mises en débat.

    Par Paul De Grauwe (LSE) et Philippe Van Parijs (UCLouvain & KU Leuven), coordinateurs de l’initiative Re-Bel(Rethinking Belgium’s Institutions in the European Context)

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Confédéralisme: trois difficultés fatales?»

  • BELGAIMAGE-159270144

    Par Sébastien Boussois, docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles), de l’OMAN (UQAM Montréal) et du CPRMV (Centre de Prévention de la Radicalisation Menant à la Violence/Montréal)

    Cartes blanches

    «Sables mouvants dans le Golfe: le dernier sursaut du Roi Salmane pour la paix»

  • BELGAIMAGE-158475364

    Par Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International

    Cartes blanches

    «Résister aux maladies nosocomiales qui frappent les droits humains»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite