Vers une disparition de la liberté de chercher?

Vers une disparition de la liberté de chercher?

La liberté de chercher, quel bel objectif, dont le FNRS a fait son leitmotiv. Pourquoi est-ce important, surtout en recherche fondamentale ? Parce que garantir la liberté de chercher, c’est assurer que tout phénomène intéressant dans le champ du réel puisse être étudié scientifiquement, ce qui peut déboucher plus tard sur des progrès tangibles pour nous et le monde qui nous entoure. Malheureusement, cette liberté est très menacée actuellement. En raison de la réduction relative du financement de la recherche et de la compétition exacerbée qui s’ensuit parmi les chercheurs pour obtenir des crédits, des pans entiers de la recherche sont en train de disparaître parce qu’ils ne sont pas à la mode, pas assez « exciting ». Le financement de la recherche a été infiltré par les modèles libéraux et devient essentiellement « performance-based », ce qui constitue une erreur quand ces modèles sont appliqués de manière excessive. Suite à cela, au niveau mondial, la fraude scientifique et la non-reproductibilité des résultats (surtout en recherche biomédicale) deviennent massives. Il existe une tendance très inquiétante à ce que l’état d’esprit de nombreux scientifiques se rapproche plus de celui d’un businessman soucieux de son budget que d’un chercheur curieux d’apprendre et de découvrir.

Revaloriser la recherche fondamentale

En Fédération Wallonie-Bruxelles, nous avons la grande chance de disposer de chercheurs talentueux nommés à titre définitif, les mandataires permanents du FNRS (chercheurs qualifiés, maîtres de recherche et directeurs de recherche). Ils sont 410. Le système actuel est en train de réduire drastiquement les ressources d’un grand pourcentage d’entre eux, avec la démotivation qui s’ensuit. Le phénomène est évidemment aussi marqué pour les chercheurs qui sont également enseignants. Les citoyens paient donc les salaires d’une masse de chercheurs dont une majorité sont dans l’impossibilité de mener à bien leurs recherches de manière optimale. Ceci est très dysfonctionnel et m’incite à lancer un appel au monde politique (le moment est favorable…) et aux chercheurs pour trouver des solutions à ces problèmes. A mon sens, une fraction significative des fonds wallons destinés à la recherche appliquée devrait être redirigée vers la recherche fondamentale. Par ailleurs, tous les laboratoires ayant des performances de niveau international devraient recevoir un financement de base. Ne serait-ce pas formidable que la FWB soit un îlot préservé dans lequel l’adage enthousiasmant du FNRS ne serait pas lettre morte ?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20170924-3H1MF8 2019-06-04 22:29:48

    Par Jonathan Moskovic, coordinateur plaidoyer francophone Plan International Belgique.

    Cartes blanches

    «Etudes de médecine: l’empathie, ça s’apprend!»

  • «
Aucun test de l’évaluation de l’empathie n’a été trouvé suffisamment prédictif pour être utilisé comme mesure de sélection pour les facultés de médecine
», note le professeur Cogan.

    Par Elie Cogan, professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Evaluer l’empathie lors de l’examen d’entrée en médecine est un non-sens»

  • L’assainissement des terres est indispensable pour lutter contre la pollution des océans.

    Par Françoise Jacob, directrice du bureau de l’UNOPS (Bureau des Nations unies pour les services d’appui aux projets)* à Bruxelles et représentante auprès des institutions et des États membres de l’Union européenne.

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Lutter contre la pollution terrestre pour des océans propres»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

  2. Alaa Sheikhi, 24 ans, réfugié syrien arrivé en 2015 a été condamné à 9 ans et demi de prison. Il clame son innocence.

    Allemagne: à Chemnitz, le réfugié accusé dénonce un verdict politique

  3. L’Awap a notamment pour mission de préserver le patrimoine immeuble.

    Patrimoine wallon: malgré les préavis d’actions, le ministre Collin reste confiant

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite