Jeunes congolais, levons-nous!

Jeunes congolais, levons-nous!

Notre patrie, la République démocratique du Congo, est aujourd’hui dans une situation chaotique. Le pays est victime d’un coup d’Etat savamment orchestré par M. Kabila depuis que ce dernier a foulé aux pieds l’accord politique du 31 décembre 2016. L’objectif du président était en réalité de désamorcer la mobilisation populaire résultant de la fin de son second et dernier mandat, le 19 décembre. L’accord a déstabilisé l’opposition politique dont une grande partie a été débauchée avec des postes dans l’administration.

Depuis, notre pays s’enfonce dans la misère et l’instabilité. Toute organisation d’un scrutin indépendant et impartial n’est plus que chimère tant le retard dans les élections a été organisé en complicité avec la Commission électorale nationale indépendante, dont les comptes au sein de la banque BGFI ont été vidés illégalement.

Les faits révélant la corruption à grande échelle et la mauvaise gouvernance s’accumulent. La répression contre les jeunes activistes prodémocratie et les arrestations arbitraires des opposants démontrent la brutalité du régime. Sans parler des massacres et tueries à l’Est de la RDC ou dans le Kasaï qui se multiplient, et ce en pleine impunité.

Banalisation de la vie humaine

En tant que jeunes des mouvements citoyens indignés, en tant que jeunes exilés pour nos activités en faveur de la démocratie et des droits de l’Homme, en tant que témoins de la corruption et des exactions, nous ne pouvons plus tolérer une telle banalisation de la vie humaine. Ekoki ! Ça suffit ! Libérons-nous de ces personnes qui prennent en otage le peuple. Offrons une alternative citoyenne à ce clan kleptocrate et à cette opposition amorphe. Prenons l’avenir du Congo entre nos mains et, avec courage, agissons ensemble. La limite du tolérable est dépassée.

Nous appelons la communauté internationale à s’attaquer au réseau financier mafieux national et international afin de priver le clan au pouvoir de l’accès aux ressources. Nous remercions les amis du Congo : ceux qui sont à l’origine des sanctions qui affaiblissent les piliers du régime, ceux qui ont travaillé pour la mise en place d’une mission d’enquête internationale indépendante sur les massacres du Kasaï ou ceux des mouvements Y’en A Marre et Balai citoyen qui ont rejoint notre lutte, parfois au péril de leur propre liberté.

Vigies de l’activité politique

Mais nous sommes les seuls, nous jeunes congolais, à pouvoir prendre notre destin en main. Nous seuls pouvons changer la donne. Personne ne le fera à notre place. Bilengeto telema ! Jeunes, rassemblons-nous ! Levons-nous !

Notre avenir se doit d’être à la hauteur de la beauté et de la richesse de notre pays. Nous rêvons de l’avènement d’un Etat au service des citoyens et respectueux des valeurs démocratiques. Nous voulons une gouvernance transparente portée par des leaders politiques d’une haute probité morale et dont le principal souci est de défendre les intérêts du peuple congolais. Le temps est venu d’identifier les citoyens à travers un recensement fiable pour permettre l’élaboration de politiques adaptées et réalistes dans tous les secteurs.

Nous autres jeunes activistes, nous nous inscrivons en vigies de l’activité politique du pays pour une réelle démocratie. Comme nous avons pu lancer l’alerte sur les graves malversations financières de l’argent public avec la complicité de banques internationales, comme nous avons pu dénoncer la grave répression qui s’abat sur notre pays et les atteintes incessantes aux libertés fondamentales, nous jouons le rôle de sentinelles pour que ni le régime en place, ni l’opposition, ne s’arrogent le droit exclusif de nous dicter l’avenir congolais.

Aujourd’hui nous sommes fiers d’être rejoints par les membres de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo, NDLR) qui, dans leur message de leur 54e Assemblée plénière, « Le pays va très mal, debout Congolais ! », rappellent combien l’implication courageuse et altruiste de tous est impérative si nous ne voulons pas continuer à subir les conséquences de la monopolisation de la chose publique par une minorité.

Aujourd’hui, un autre Congo est possible. Jeunes de toutes les tendances, unissons nos forces vives, citoyennes et apolitiques pour nous débarrasser de ce régime kleptocrate et sanguinaire, et aidons notre pays à se mettre sur la voie d’élections libres, démocratiques et transparentes. L’heure du rassemblement citoyen pour le changement a sonné !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20170924-3H1MF8 2019-06-04 22:29:48

    Par Jonathan Moskovic, coordinateur plaidoyer francophone Plan International Belgique.

    Cartes blanches

    «Etudes de médecine: l’empathie, ça s’apprend!»

  • «
Aucun test de l’évaluation de l’empathie n’a été trouvé suffisamment prédictif pour être utilisé comme mesure de sélection pour les facultés de médecine
», note le professeur Cogan.

    Par Elie Cogan, professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Evaluer l’empathie lors de l’examen d’entrée en médecine est un non-sens»

  • L’assainissement des terres est indispensable pour lutter contre la pollution des océans.

    Par Françoise Jacob, directrice du bureau de l’UNOPS (Bureau des Nations unies pour les services d’appui aux projets)* à Bruxelles et représentante auprès des institutions et des États membres de l’Union européenne.

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Lutter contre la pollution terrestre pour des océans propres»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite