Jeunes congolais, levons-nous!

Jeunes congolais, levons-nous!

Notre patrie, la République démocratique du Congo, est aujourd’hui dans une situation chaotique. Le pays est victime d’un coup d’Etat savamment orchestré par M. Kabila depuis que ce dernier a foulé aux pieds l’accord politique du 31 décembre 2016. L’objectif du président était en réalité de désamorcer la mobilisation populaire résultant de la fin de son second et dernier mandat, le 19 décembre. L’accord a déstabilisé l’opposition politique dont une grande partie a été débauchée avec des postes dans l’administration.

Depuis, notre pays s’enfonce dans la misère et l’instabilité. Toute organisation d’un scrutin indépendant et impartial n’est plus que chimère tant le retard dans les élections a été organisé en complicité avec la Commission électorale nationale indépendante, dont les comptes au sein de la banque BGFI ont été vidés illégalement.

Les faits révélant la corruption à grande échelle et la mauvaise gouvernance s’accumulent. La répression contre les jeunes activistes prodémocratie et les arrestations arbitraires des opposants démontrent la brutalité du régime. Sans parler des massacres et tueries à l’Est de la RDC ou dans le Kasaï qui se multiplient, et ce en pleine impunité.

Banalisation de la vie humaine

En tant que jeunes des mouvements citoyens indignés, en tant que jeunes exilés pour nos activités en faveur de la démocratie et des droits de l’Homme, en tant que témoins de la corruption et des exactions, nous ne pouvons plus tolérer une telle banalisation de la vie humaine. Ekoki ! Ça suffit ! Libérons-nous de ces personnes qui prennent en otage le peuple. Offrons une alternative citoyenne à ce clan kleptocrate et à cette opposition amorphe. Prenons l’avenir du Congo entre nos mains et, avec courage, agissons ensemble. La limite du tolérable est dépassée.

Nous appelons la communauté internationale à s’attaquer au réseau financier mafieux national et international afin de priver le clan au pouvoir de l’accès aux ressources. Nous remercions les amis du Congo : ceux qui sont à l’origine des sanctions qui affaiblissent les piliers du régime, ceux qui ont travaillé pour la mise en place d’une mission d’enquête internationale indépendante sur les massacres du Kasaï ou ceux des mouvements Y’en A Marre et Balai citoyen qui ont rejoint notre lutte, parfois au péril de leur propre liberté.

Vigies de l’activité politique

Mais nous sommes les seuls, nous jeunes congolais, à pouvoir prendre notre destin en main. Nous seuls pouvons changer la donne. Personne ne le fera à notre place. Bilengeto telema ! Jeunes, rassemblons-nous ! Levons-nous !

Notre avenir se doit d’être à la hauteur de la beauté et de la richesse de notre pays. Nous rêvons de l’avènement d’un Etat au service des citoyens et respectueux des valeurs démocratiques. Nous voulons une gouvernance transparente portée par des leaders politiques d’une haute probité morale et dont le principal souci est de défendre les intérêts du peuple congolais. Le temps est venu d’identifier les citoyens à travers un recensement fiable pour permettre l’élaboration de politiques adaptées et réalistes dans tous les secteurs.

Nous autres jeunes activistes, nous nous inscrivons en vigies de l’activité politique du pays pour une réelle démocratie. Comme nous avons pu lancer l’alerte sur les graves malversations financières de l’argent public avec la complicité de banques internationales, comme nous avons pu dénoncer la grave répression qui s’abat sur notre pays et les atteintes incessantes aux libertés fondamentales, nous jouons le rôle de sentinelles pour que ni le régime en place, ni l’opposition, ne s’arrogent le droit exclusif de nous dicter l’avenir congolais.

Aujourd’hui nous sommes fiers d’être rejoints par les membres de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo, NDLR) qui, dans leur message de leur 54e Assemblée plénière, « Le pays va très mal, debout Congolais ! », rappellent combien l’implication courageuse et altruiste de tous est impérative si nous ne voulons pas continuer à subir les conséquences de la monopolisation de la chose publique par une minorité.

Aujourd’hui, un autre Congo est possible. Jeunes de toutes les tendances, unissons nos forces vives, citoyennes et apolitiques pour nous débarrasser de ce régime kleptocrate et sanguinaire, et aidons notre pays à se mettre sur la voie d’élections libres, démocratiques et transparentes. L’heure du rassemblement citoyen pour le changement a sonné !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Féru, dit-il, de mythes et d’histoires anciennes, François Fornieri se doit de pouvoir réciter celle de Crésus...

    Nethys: avis de tempête pour le flamboyant Fornieri

  2. «
Que le ministre des Pouvoirs locaux demande des clarifications, c’est normal. Et fuir le conseil d’administration comme le CDH et Ecolo, je ne crois pas que c’est une bonne attitude.
» © Pierre-Yves Thienpont.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «A propos de Nethys, je demande la transparence, la vérité»

  3. Le mouvement pour le climat a réussi à mobiliser au-delà des espérances.

    La mobilisation pour le climat est toujours vive

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite