Jeunes congolais, levons-nous!

Jeunes congolais, levons-nous!

Notre patrie, la République démocratique du Congo, est aujourd’hui dans une situation chaotique. Le pays est victime d’un coup d’Etat savamment orchestré par M. Kabila depuis que ce dernier a foulé aux pieds l’accord politique du 31 décembre 2016. L’objectif du président était en réalité de désamorcer la mobilisation populaire résultant de la fin de son second et dernier mandat, le 19 décembre. L’accord a déstabilisé l’opposition politique dont une grande partie a été débauchée avec des postes dans l’administration.

Depuis, notre pays s’enfonce dans la misère et l’instabilité. Toute organisation d’un scrutin indépendant et impartial n’est plus que chimère tant le retard dans les élections a été organisé en complicité avec la Commission électorale nationale indépendante, dont les comptes au sein de la banque BGFI ont été vidés illégalement.

Les faits révélant la corruption à grande échelle et la mauvaise gouvernance s’accumulent. La répression contre les jeunes activistes prodémocratie et les arrestations arbitraires des opposants démontrent la brutalité du régime. Sans parler des massacres et tueries à l’Est de la RDC ou dans le Kasaï qui se multiplient, et ce en pleine impunité.

Banalisation de la vie humaine

En tant que jeunes des mouvements citoyens indignés, en tant que jeunes exilés pour nos activités en faveur de la démocratie et des droits de l’Homme, en tant que témoins de la corruption et des exactions, nous ne pouvons plus tolérer une telle banalisation de la vie humaine. Ekoki ! Ça suffit ! Libérons-nous de ces personnes qui prennent en otage le peuple. Offrons une alternative citoyenne à ce clan kleptocrate et à cette opposition amorphe. Prenons l’avenir du Congo entre nos mains et, avec courage, agissons ensemble. La limite du tolérable est dépassée.

Nous appelons la communauté internationale à s’attaquer au réseau financier mafieux national et international afin de priver le clan au pouvoir de l’accès aux ressources. Nous remercions les amis du Congo : ceux qui sont à l’origine des sanctions qui affaiblissent les piliers du régime, ceux qui ont travaillé pour la mise en place d’une mission d’enquête internationale indépendante sur les massacres du Kasaï ou ceux des mouvements Y’en A Marre et Balai citoyen qui ont rejoint notre lutte, parfois au péril de leur propre liberté.

Vigies de l’activité politique

Mais nous sommes les seuls, nous jeunes congolais, à pouvoir prendre notre destin en main. Nous seuls pouvons changer la donne. Personne ne le fera à notre place. Bilengeto telema ! Jeunes, rassemblons-nous ! Levons-nous !

Notre avenir se doit d’être à la hauteur de la beauté et de la richesse de notre pays. Nous rêvons de l’avènement d’un Etat au service des citoyens et respectueux des valeurs démocratiques. Nous voulons une gouvernance transparente portée par des leaders politiques d’une haute probité morale et dont le principal souci est de défendre les intérêts du peuple congolais. Le temps est venu d’identifier les citoyens à travers un recensement fiable pour permettre l’élaboration de politiques adaptées et réalistes dans tous les secteurs.

Nous autres jeunes activistes, nous nous inscrivons en vigies de l’activité politique du pays pour une réelle démocratie. Comme nous avons pu lancer l’alerte sur les graves malversations financières de l’argent public avec la complicité de banques internationales, comme nous avons pu dénoncer la grave répression qui s’abat sur notre pays et les atteintes incessantes aux libertés fondamentales, nous jouons le rôle de sentinelles pour que ni le régime en place, ni l’opposition, ne s’arrogent le droit exclusif de nous dicter l’avenir congolais.

Aujourd’hui nous sommes fiers d’être rejoints par les membres de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo, NDLR) qui, dans leur message de leur 54e Assemblée plénière, « Le pays va très mal, debout Congolais ! », rappellent combien l’implication courageuse et altruiste de tous est impérative si nous ne voulons pas continuer à subir les conséquences de la monopolisation de la chose publique par une minorité.

Aujourd’hui, un autre Congo est possible. Jeunes de toutes les tendances, unissons nos forces vives, citoyennes et apolitiques pour nous débarrasser de ce régime kleptocrate et sanguinaire, et aidons notre pays à se mettre sur la voie d’élections libres, démocratiques et transparentes. L’heure du rassemblement citoyen pour le changement a sonné !

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • © Photo News

    Par Les auteurs et autrices, au nom de leurs milliers de collègues: Jean Auquier, Thilde Barboni, Véronique Bergen, Kitty Crowther, Geneviève Damas, Stéphane Dauvin, Patrick Delperdange, Laurent Demoulin, Jean-Luc Goosens, Philippe Geluck, Michèle Goslar, Thomas Gunzig, Daniel Henrotin (Dany), Bernard Hislaire (Yslaire), Frédéric Jannin, Pierre Kroll, Caroline Lamarche, Myriam Leroy, Benoît Peeters, Romain Renard, François Schuiten, Yves Sente, Nathalie Skowronek, Paola Stévenne, Isabelle Wéry

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Rétablir les auteurs et les journalistes dans leurs droits»

  • «
Comment ne pas penser à la Terre elle-même quand on évoque cette cathédrale qui a traversé les siècles et qu’on croyait éternelle?
», s’interroge François Gemenne.

    Par François Gemenne, chercheur qualifié du FNRS, directeur de l’Observatoire Hugo (Université de Liège), membre du Giec

    Cartes blanches

    Carte blanche sur Notre-Dame: «Patrimoine et climat, même combat!»

  • belgaimage-145596393-full

    Par Oliver Fortz

    Cartes blanches

    Carte blanche - Jeudi pour le climat: «Posons-nous les bonnes questions», clame un étudiant

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Wallonie transfère une compétence du fédéral à partir du 6 mai.

    L’aptitude à la conduite sera désormais une compétence wallonne

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite