Accueil Belgique Politique

Kazakhgate: l’avocat Dirk Libotte se voile derrière le secret professionnel

L’avocat pénaliste Dirk Libotte, ancien avocat de Patokh Chodiev et du « trio kazak », s’est refusé ce mercredi à la moindre déclaration.

Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

L’avocat pénaliste Dirk Libotte, ancien avocat de Patokh Chodiev et du « trio kazak », s’est refusé ce mercredi à la moindre déclaration, la moindre réponse aux questions de la commission d’enquête « kazakhgate », invoquant le « secret professionnel ». Cette attitude lui aurait été imposée par le bâtonnier de l’ordre néerlandophone des avocats de Bruxelles, Patrick Dillen. Question de la commission, médusée : une directive de bâtonnier est-elle plus puissante que la loi qui fait obligation de répondre aux convocations des commissions d’enquête parlementaire ?

Les experts ont éclairé la commission : Me Libotte a le droit de se taire, mais il ne doit pas se réfugier derrirèe une injonction de son bâtonnier. Le silence est un bien un droit, un droit individuel.

Pourtant, la justification du montant des honoraires de Dirk Libotte aurait déjà été un bon sujet d’audition. Pour rappel, quel a été le montant des honoraires versés par Patokh Chodiev au bénéfice de l’avocat pénaliste Dirk Libotte ? Les factures nous sont inconnues, mais l’analyse du seul compte HSBC de Me Catherine Degoul – l’avocate française de Chodiev qui a enrôlé Me Libotte – montre onze versements effectués entre le 19 mai 2010 et le 5 juin 2012 au bénéfice du cabinet Stibbe (qui emploie Me Libotte) puis au bénéfice de la SPRL Dirk Libotte. Le total des honoraires versés sur ces deux années est de 1,65 million d’euros, dont l’écrasante majorité (1.461.259,99 euros) versés directement à la SPRL Dirk Libotte à partir du 12 octobre 2011. La firme Stibbe n’a perçu que des cacahuètes ; elle nous a par ailleurs signalé ce mercredi que « Dirk Libotte a récemment quitté l’entreprise ».

Fait remarquable : la SPRL Dirk Libotte se met en liquidation en 2012, cette liquidation est clôturée en juillet 2012, mais sans que soient jamais déposés à la Banque nationale les comptes de la société postérieurs au 30 septembre 2011. En clair : pas la moindre mention à la BNB du 1,46 million d’euros perçus entre octobre 2011 et juin 2012.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Nucléaire: la Vivaldi se réaligne sur les négociations avec Engie

Après le tumulte autour d’une possible majorité alternative visant à relancer toutes les centrales en Belgique, les partenaires Vivaldi – à commencer par le MR – se reconcentrent, au moins provisoirement, sur les négociations avec Engie pour le maintien de deux réacteurs : « L’objectif est de conclure avant le 31 décembre. »

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une