Accueil Culture

Franco Dragone: «Payer des impôts, c’est un privilège»

Ce jeudi, Franco Dragone est entendu pour répondre de soupçons d’évasion fiscale et de blanchiment. L’artiste se dit fier de payer ses impôts et assure n’avoir rien à cacher à la justice.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 7 min

Franco Dragone est un rêveur. Il a ébloui Las Vegas avec le Cirque du Soleil, avant de fonder, à La Louvière, la compagnie de spectacle qui porte son nom. A la force de son talent et de ses éblouissements, il a conquis la Chine, où il a déjà inauguré deux salles dédiées à son art.

En 2011, Yves Delacolette, l’ancien patron de Deutsche Bank Belgique, l’avait rejoint pour l’aider à relever ce défi. Mais il y a quinze jours, Delacollette quittait le navire sans explications. Quelques jours plus tard, la police montoise demandait à entendre Franco Dragone, soupçonné d’«  infractions fiscales internationales  » et de «  blanchiment  ». Aujourd’hui, le créateur est entendu par les enquêteurs. Il va clamer son innocence et son attachement indéfectible à la Belgique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs