Un samedi après-midi, gare Centrale…

d-20160325-G6QXFP 2016-03-25 11:36:21

La scène se passe, le samedi 24 juin dans l’après-midi, dans le couloir menant du métro à la gare centrale de Bruxelles. Alors que j’y passe tranquillement dans le but de reprendre mon train, je tombe sur des faits qui retiendront toute mon attention.

En effet, alors que comme à l’accoutumée plusieurs personnes SDF sont assises par terre dans le couloir, l’une d’elles est en train de se faire agresser par 2 militaires. Je m’approche et écoute la discussion. Des mots violents sont prononcés par les militaires, la personne est bousculée, violentée. C’est à ce moment-là que je me décide à intervenir. Je vais près d’eux et les interpelle (poliment) en leur disant qu’ils n’ont aucun droit ni aucune raison d’agir de cette façon. Première réponse très sèche d’un des militaires qui a l’air le plus énervé des deux. « Eh toi le gaucho, de quoi tu te mêles ? » Je leur réponds en restant calme que moi non plus ils n’ont pas le droit de m’insulter. Le militaire toujours plus énervé me répond alors que « si c’est comme ça, ils vont appeler la police pour me calmer » Après avoir vu avec plaisir que la personne SDF en avait profité pour partir et avec moins de plaisir que toute cette histoire allait me faire rater mon train, je me suis donc retrouvé, à la grande surprise de la police qui elle-même ne comprenait pas bien ce qu’elle faisait là, à subir un contrôle d’identité en bonne et due forme au milieu de la gare.

Alors bien sûr les militaires sont sous pression, bien sûr ils doivent remplir des missions qui sont à la base destinées à la police. Sans doute même qu’ils sont fatigués de patrouiller comme cela et que, quand ils se sont engagés dans l’armée, ce n’était pas avec le rêve de poireauter un samedi après midi dans une gare. Mais tout de même… Comment accepter que des militaires agressent ainsi des personnes qui sont déjà parmi les plus vulnérables de notre société ? Comment accepter de se faire insulter alors qu’on leur rappelle simplement qu’ils n’ont pas le droit d’agir comme cela ?

Et au-delà de cela, alors que ça fait maintenant deux ans que les militaires patrouillent dans les rues, quel bilan tirer de cela ? A quand un vrai débat avec la société civile et le monde politique au Parlement sur la question ? A quand une vraie évaluation de cette présence ?

Bien sûr, il faut lutter contre le terrorisme. Bien sûr chaque citoyen, même SDF, a le droit à la sécurité. Mais comme les derniers éléments l’ont prouvé dans cette même gare centrale, il faut avoir le courage politique de dire que des militaires ne pourront jamais rien empêcher en matière de terrorisme. Et oser réfléchir à des alternatives.

Ça devient urgent !

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous