Accueil Opinions Débats et idées

Les droits des animaux, de l’histoire ancienne?

Les animaux sont de plus en plus volontiers considérés comme des êtres vivants doués de sensibilité. De là à les considérer comme des sujets de droits… Il n’y a qu’un pas !

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Les animaux ont des droits. Le droit de mourir de la dignité, par exemple… Les parlements wallon et flamand viennent d’adopter coup sur coup (le 17 mai pour le premier, le 28 juin pour le second) une législation visant à interdire l’abattage sans étourdissement préalable. Et pas plus tard que mercredi, nous nous faisions l’écho du trouble d’une partie de la communauté scientifique, qui craint que le projet de code wallon du bien-être animal menace l’expérimentation sur les animaux – qu’il consacre comme des êtres vivants doués « de sensibilité ».

Pour les défenseurs de la cause animale, c’est une victoire historique. C’est que l’on vient de loin… Au IVe siècle, Augustin d’Hippone – alias saint Augustin – établit pour longtemps la « différence anthropologique ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Arnould Philippe, vendredi 7 juillet 2017, 18:40

    Pour être sujet du droit, il faudrait déjà qu'ils puissent le comprendre pour le respecter et le faire respecter. C'est pour cela qu'ils ne sont pas personnes juridiques.

Aussi en Débats et idées

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs