Accueil Monde Europe

Crise des migrants: l’Italie obtient son «code de conduite» mais pas la solidarité

Après les menaces italiennes d’interdire les ports aux ONG qui débarquent des migrants, les ministres européens s’accordent sur une série de mesures. Mais pas question de davantage de solidarité.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

L’Union européenne aura vite calmé la colère de l’Italie. Fatiguées de voir les autres « détourner le regard » les autorités italiennes menaçaient la semaine passée de fermer ses ports aux ONG si des mesures de partage des débarquements de migrants n’étaient pas prises, fissa. Jeudi, le ministre de l’Intérieur Marco Minniti se félicitait à l’issue d’une réunion informelle des ministres européens en charge du dossier qu’il y ait eu « une reconnaissance de la question posée par l’Italie ».

Une reconnaissance de la question, certainement. Mais la réponse sera de renforcer des politiques déjà en place. Rien de plus. Les ministres ont ainsi adopté la plupart des mesures proposées par la Commission en début de semaine  : l’accent est mis sur la politique de retours et sur l’action extra-européenne, pas sur le partage.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs