Kazakhgate: Armand De Decker refuse de répondre aux questions de la commission

L’ancien président du Sénat Armand De Decker (MR) est arrivé ce vendredi devant la commission d’enquête Kazakhgate à 15h. De Decker s’est dit « choqué par la manière dont est menée l’enquête parlementaire » à son égard. « Je conteste vigoureusement les faits qui me sont imputés », a-t-il commencé, avant de réaffirmer « solennellement »  : « Je ne suis intervenu qu'en ma seule qualité d'avocat et que je n'ai subi aucune influence de quelque nature que ce soit » .

De Decker a ensuite expliqué qu’il ne répondrait à aucune question, invoquant son « droit au silence » pour ne violer le secret professionnel des avocats. La majorité des groupes politiques étaient soulagées qu’ils ne répondent pas aux questions : chacun craignait que certaines réponses ouvrent la voie à des recours en justice.

L'avocat et ancien président du Sénat Armand de Decker est soupçonné d’avoir poussé à la mise en place de la loi sur la transaction pénale, dont les acteurs du dossier ont bénéficié.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous