Accueil Économie Mobilité

Last minute: les bons plans pour faire une bonne affaire

Le modèle économique des last minute a changé.

Décodage - Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

Selon la légende, il serait possible d’économiser jusqu’à 75 % du prix du voyage en le réservant à la toute dernière minute. Enfin, façon de parler. A partir du moment où les vacances sont réservées avec moins de trois semaines d’avance, on tend à considérer qu’il s’agit d’un last minute.

A la question : y trouve-t-on de bonnes affaires ? La réponse est clairement positive. Rien qu’en faisant une étude rapide sur les sites des opérateurs, on trouve facilement des réductions allant jusqu’à la moitié du prix du voyage. Mais à moins d’avoir une passion dévorante pour la ville de Lourdes ou le sud de la Pologne et vouloir y partir 7 jours en pension complète, mieux vaut être prêt à faire des concessions sur sa destination.

Et le bon plan des last minute ne marche que selon certaines conditions. Un, vous êtes flexibles sur la date de départ, au moins à quelques jours près. Deux, vous ne partez pas en famille. Le nombre de places à petit prix est de fait largement limité puisqu’il s’agit pour les agences de remplir les dernières places disponibles, même en réalisant un bénéfice réduit. Trois, vous n’avez rien contre les voyages organisés. Car c’est là que se trouvent les meilleures affaires. Lorsqu’il s’agit de réserver un hôtel ou un transport, la règle n’est pas exactement la même.

Avion : peu de destinations prisées

Pour faire une bonne affaire sur son ticket d’avion, mieux vaut s’y prendre à l’avance. « Les compagnies optimisent leur capacité pour les trajets d’été, mais il n’y a toujours qu’un certain nombre de places disponibles », avance Jonathan Sepulchre. Pour le responsable du marché français du comparateur de vols Skyscanner, le last minute n’est pas tout à fait la solution pour trouver le moins cher : « Il y a quelques offres attractives, mais ce ne sont pas forcément les meilleures affaires. Il y a beaucoup de gens qui réservent en dernière minute en France et en Belgique. Seulement, pour trouver les meilleurs prix, il vaut mieux s’y prendre à l’avance. »

Même son de cloche chez Kayak, un autre comparateur de vol : « La plupart du temps, réserver à la dernière minute, c’est-à-dire 48 heures à l’avance, n’est pas la meilleure solution. En effet les vols, surtout en été, sont facilement complets et les compagnies aériennes augmentent les prix en fonction de la demande », détaille le directeur régional John-Lee Saez.

« Il peut y avoir de vraies bonnes affaires, ajoute tout de même Jonathan Sepulchre. Mais on ne choisit alors pas sa destination. » Un rapide coup d’œil sur le comparateur le confirme : en dernière minute, on trouve un aller-retour pour Hambourg à 27 euros. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il ne s’agit pas d’une destination prisée en été. Autre règle : les destinations fréquentées par la clientèle d’affaires n’offrent généralement pas de réductions, alors que les destinations de loisir s’adaptent aux périodes de vacances.

Offres de vacances pour partir deux semaines 7 jours en pension complète

IN_EC_0807OFFRESVACANCESWEB

Pour réserver son vol au meilleur prix, la règle est donc la suivante : « Pour la majorité des destinations européennes, le meilleur moment pour réserver est jusqu’à trois mois à l’avance et pour les vols long-courriers, il faut compter jusqu’à six mois à l’avance », conseille le directeur régional de Kayak.

À lire aussi Pour réserver un billet d’avion au meilleur prix, faites-le 140 jours avant le départ

Train : mieux vaut s’abstenir

Côté voyages en train, il n’y a qu’une chose à respecter : « Pour la plupart des trains à grande vitesse, les tarifs les plus bas sont proposés en quantité limitée. Pour bénéficier des meilleurs prix, nous vous recommandons donc d’éviter les périodes de pointe et de réserver le plus tôt possible », conseille la SNCB. Le calendrier des prix, qui permet de se faire une idée du coût du billet plusieurs mois à l’avance, le confirme : en dehors de quelques week-ends précis, les places pour un départ lointain sont toujours au plus bas. A l’inverse, plus la date de départ approche, plus le trajet sera coûteux.

A part quelques bons plans de rachat de billet à un particulier, mieux vaut donc s’abstenir de réserver son trajet à la dernière minute.

Hôtel : soyez flexibles

Ce qui vaut pour les vols vaut pour les chambres d’hôtel. Il existe de bonnes affaires à réaliser en dernière minute, mais mieux vaut être flexible sur les dates ainsi que sur la destination. Par ailleurs, une grande réduction sur une destination en avion ne veut pas forcément dire qu’il existe des chambres à moindre coût sur place.

Les prix varient largement en fonction de l’offre et la demande. Il est donc possible de trouver un hôtel qui souhaite remplir ses dernières chambres. Sur le site de Booking par exemple, on tombe facilement sur un hébergement à prix réduit pour un départ dans deux semaines. De l’ordre de 10 % à 15 % de réduction en moyenne, jusqu’à 40 % pour les plus avantageux dans les grandes capitales. Le prix varie plus fortement dans les destinations de vacances. Et si la destination vous est égale, il est même possible de s’offrir un hôtel à moitié prix.

Le site de VeryLastRoom s’est fait une spécialité des réservations en dernière minute. Un hôtelier peut y proposer sa dernière chambre et le prix diminue tout au long de la journée, jusqu’à 70 % de réduction. « Chez VeryLastRoom, plus vous bookez au dernier moment, plus vous êtes récompensés », met en avant le site.

Tout compris : les vraies bonnes affaires

C’est là que se trouvent les vraies bonnes affaires, ou presque. S’il est vrai que l’on y trouve des packs vols et hébergement à prix réduits, cette année n’est pas la plus propice aux réservations de dernière minute. « La situation est un peu particulière car les destinations européennes ont très bien marché dès le début de l’année », entame Piet Demeyere, responsable de la communication chez TUI. Résultats : les vacances prisées, en Espagne et en Grèce notamment, sont complètes. Plus moyen donc pour les agences de voyages de négocier des réductions avec les hôteliers. Les dernières chambres restantes, elles, se trouvent dans des hôtels trop chers ou trop éloignés pour plaire aux vacanciers.

« Il reste les last minute sur les pays musulmans comme la Turquie ou la Tunisie, propose alors Piet Demeyere. Mais étant donné que nous savions qu’ils ne marcheraient pas beaucoup, nous avons commencé les réductions il y a deux mois déjà. La différence aujourd’hui peut être de 10 %, pas beaucoup plus. »

En réalité, les destinations tout compris des Belges font face à une autre concurrence : celle des touristes d’autres pays qui réservent leurs vacances bien avant ce qui se fait chez nous. Pour avoir encore une chance d’offrir des vacances à leurs clients, les agences multiplient donc les promotions en amont de la saison : transferts gratuits, bagages supplémentaires, etc. Ceux qui réservaient leurs vacances très tôt paient donc moins cher, mais ceux qui profitaient des last minute sont moins avantagés. Certes, les bonnes affaires existent encore, mais « un système de last minute tel qu’on l’a connu, où les premiers payaient trop cher et les derniers presque rien, cela ne se fait plus », conclut le responsable de la communication de TUI.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb