L’ONU adopte un traité qui bannit l’arme atomique

Antonio Gutteres, Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies. © Reuters
Antonio Gutteres, Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies. © Reuters

Des applaudissements ont retenti dans la salle de conférences de l’ONU : un traité bannit l’arme atomique. La décision arrive au terme de trois semaines de négociations par 141 États, portées par l’Autriche, le Brésil, le Mexique, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande. Néanmoins, le refus des états nucléaires de participer au processus vient ternir ces réjouissances. Le traité préconise une interdiction totale du développement, du stockage et de la menace d’utilisation d’armes nucléaires. Mais il ne s’appliquera qu’aux États signataires.

Un texte symbolique qui pourrait changer les opinions collectives

«  L’aspect crucial c’est que ça change le paysage juridique », affirme Richard Moyes, directeur de l’organisation britannique. Il poursuit : « Le traité « empêche les États nucléaires de se réfugier derrière l’idée qu’ils ne sont pas hors la loi ». «  Il s’agit vraiment d’effacer l’aspect prestigieux des armes nucléaires », soutient Béatrice Fihn, directrice d’un mouvement réclamant l’abolition des armes nucléaires (Abolish Nuclear Weapons).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite