L’ONU adopte un traité qui bannit l’arme atomique

Antonio Gutteres, Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies. © Reuters
Antonio Gutteres, Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies. © Reuters

Des applaudissements ont retenti dans la salle de conférences de l’ONU : un traité bannit l’arme atomique. La décision arrive au terme de trois semaines de négociations par 141 États, portées par l’Autriche, le Brésil, le Mexique, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande. Néanmoins, le refus des états nucléaires de participer au processus vient ternir ces réjouissances. Le traité préconise une interdiction totale du développement, du stockage et de la menace d’utilisation d’armes nucléaires. Mais il ne s’appliquera qu’aux États signataires.

Un texte symbolique qui pourrait changer les opinions collectives

«  L’aspect crucial c’est que ça change le paysage juridique », affirme Richard Moyes, directeur de l’organisation britannique. Il poursuit : « Le traité « empêche les États nucléaires de se réfugier derrière l’idée qu’ils ne sont pas hors la loi ». «  Il s’agit vraiment d’effacer l’aspect prestigieux des armes nucléaires », soutient Béatrice Fihn, directrice d’un mouvement réclamant l’abolition des armes nucléaires (Abolish Nuclear Weapons).

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20160331-G6VKJE 2016-03-31 07:30:31

    Commémorations: victimes, secouristes, policiers, politiques nous racontent leur journée du 22 mars

  2. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite