Accueil La Une Opinions

«Pour sauver l’Europe, il faut raconter des histoires communes»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Votre trilogie actuelle – « Tristesses », « Arctique » la saison prochaine au National, avant la suite – se consacre à l’échec de la politique, de l’écologie, de la science. Etes-vous pessimiste ?

Je suis de nature optimiste mais de culture pessimiste… Comme je suis très angoissée, je me sens obligée d’analyser les choses pour pouvoir continuer à rester optimiste. Je suis incapable de fermer les yeux sur ce qui se passe autour de moi. Pour ne pas me laisser envahir par ces peurs-là, je préfère les travailler. Mes spectacles se terminent plutôt mal – souvent, ils meurent tous à la fin – mais ma volonté n’est pas de dire « Allons tous droit dans le mur » mais de provoquer le pire pour voir comment on peut créer autre chose. C’est le principe du théâtre : susciter le pire pour essayer de faire autrement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Carte blanche Un #Metoopolitique très politicien.nes

L’ancienne codirectrice de l’Autorité de protection des données Charlotte Dereppe réagit à la carte blanche signée par 121 femmes (élues de tous partis, collaboratrices, attachées parlementaires…), publiée le 24 novembre sur le site du « Soir ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs