Accueil Opinions Débats et idées

Bruxelles, incapable de gérer ses chantiers ?

Les nerfs des automobilistes sont mis à rude épreuve en ce début d’été. En cause, les chantiers qui s’enchaînent, mais aussi qui se chevauchent et s’éternisent...

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

L’été est habituellement le mois des chantiers routiers, vacances et diminution de la pression automobile aidant. Ce mois de juillet 2017 ne fait pas exception la règle, sauf que les répercussions en termes d’embarras de circulation semblent bien plus grosses que les années précédentes, singulièrement à Bruxelles. Au point que certains (automobilistes exaspérés) en arrivent à mettre en cause la gestion des autorités…

« Nous avons effectivement reçu de nombreuses plaintes concernant les chantiers à Bruxelles, confirme Danny Smagghe, porte-parole de Touring. La critique principale concerne le fait que les travaux durent très longtemps. C’est dû au fait que, à la différence de la Flandre et de Wallonie, à Bruxelles, on ne demande pas aux entrepreneurs de travailler 24 heures sur 24, ni le week-end. C’est essentiellement une question de budget : les travaux en continu coûtent naturellement plus cher. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Remi Baeyens, vendredi 25 août 2017, 12:25

    'il faudrait', ce n'est pas ce que nous attendons des politiciens. Bruxelles est une usine à gaz d'une complexité incroyable et tout cela pour une petite ville d'1.200.000 habitants, où le nombre de 'décideurs' dépasse l'entendement, le bruxellois placide voit tout cela avec étonnement: il n'a de toutes façons rien à dire. On attend toujours que cela produise des catastrophes pour agir, il n'y a pas de vision claire. La majorité, à la région, aux communes change et on remet tout à zéro. 'Ce n'est pas moi, c'est mon prédécesseur'. On met la charrue avant les boeufs, l'effet d'annonce prime sur tout le reste.

  • Posté par Paul Verkaeren, mardi 11 juillet 2017, 17:31

    Tout est au conditionnel dans cet article. Comme d'habitude, "il faudrait..", verbe et temps préféré de ceux qui ont voix au chapitre. Une seule solution pour les habitants: quitter la ville massivement jusqu'à ce que nos édiles se rendent compte qu'il "faudrait" faire quelque chose

  • Posté par Anne Gauthier, mardi 11 juillet 2017, 10:18

    Heureusement qu ils ont coordonné, comment ils disent!!!! Savent ils ce que cela signifie???

  • Posté par Les Halles De Schaerbeek , lundi 10 juillet 2017, 22:29

    "Les nerfs des automobilistes sont mis à rude épreuve en ce début d’été." Les poumons des habitants, piétons et cyclistes sont ruinés depuis des années mais on se soucie des nerfs des automobilistes. Drôle.

  • Posté par Malka Pierre, lundi 10 juillet 2017, 22:00

    Encore une raison de réduire l'autonomie des communes. Dans presque tous les domaines, à différents niveaux, on pourrait formuler cette remarque, cette ville est hallucinante. Et personne ne le fera jamais malgré les dommages pour l'ensemble de la population, parce que les députés sont issus de partis qui tiennent à leur commune par intérêt politicien (Maingain à WSL en est l'exemple parfait). Les citoyens sont également pris en otage étant donné qu'aucun parti bruxellois ne défend cette solution. Même la presse évite le sujet de la fusion des communes, notamment parce que c'est une revendication flamande, pourquoi ne pas mettre sur la table les sujets sensibles ?

Aussi en Débats et idées

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs