Des députés invités par Luminus à l’Euro: «Où est le problème?», s’interroge Crucke

© Dominique Duchesnes - Le Soir
© Dominique Duchesnes - Le Soir

L’entreprise Luminus a invité plusieurs députés wallons, de différents partis, ainsi que le ministre de l’Énergie de l’époque Paul Furlan (PS), à un match des Diables Rouges le 13 juin 2016 à Lyon, dans le cadre de l’Euro de football. Une pratique qui n’a rien de secret ni d’anormal, selon les politiques concernés.

Jean-Luc Crucke (MR), qui n’a pas assisté au match en question mais a, en revanche, accepté une invitation à aller voir un autre match, le vendredi 17 juin à Bordeaux, voit dans ces révélations une « fuite » organisée « pour déstabiliser la commission d’enquête parlementaire sur Publifin ».

Invité ce mardi matin sur La Première, Crucke a ajouté qu’il fallait surtout se demander à qui « profite le crime ». « Je suis fan de football, d’Anderlecht et de l’équipe nationale. Est-ce que ça fait tache ? (…) Je connais bien EDF Luminus mais à l’époque, je ne siégeais pas comme actif en Commission de l’Énergie. À l’époque, il n’y avait pas de Commission Publifin. Depuis que j’y suis, je n’ai pas accepté la moindre invitation. (…) Je n’aurais pas accepté si tel avait été le cas », a-t-il encore précisé.

Des invitations fréquentes

Jean-Luc Crucke ne s’arrête pas là et va encore plus loin. « Où est le problème ? (…) C’est tout à fait légal. (…) Des invitations, on en reçoit tous des dizaines. J’en accepte plusieurs d’associations et d’entreprises. C’est notre rôle aussi », ajoute-t-il, avant de continuer : « L’Euro, ça ne se fait pas toutes les années. La population, la nation était vraiment en train de vibrer pour une équipe et je crois qu’un homme politique peut aussi y aller parce qu’il reçoit une invitation. N’allons pas chercher midi à quatorze heures ».

« Il n’y a rien de secret, ni de caché », a également réagi le député CDH Dimitri Fourny.

Des explications qui ne convainquent pas tout le monde et certainement pas le PTB.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite