Accueil Monde France

Affaire Grégory: «Je n’ai jamais frappé Murielle Bolle», se défend Marie-Ange Laroche

Les deux sœurs ne se sont plus vues depuis que Murielle Bolle a accusé Bernard Laroche d’avoir enlevé Grégory Villemin en 1984.

Journaliste au service Web Temps de lecture: 2 min

Marie-Ange Laroche, la veuve de Bernard Laroche, suspect numéro 1 à l’époque, et sœur de Murielle Bolle, inculpée et écrouée, a écrit une lettre au président de la République française, Emmanuel Macron, pour dénoncer les « dérives » supposées de l’enquête.

Bernard Laroche, innocent ?

Dans cette lettre, elle regrette que « la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Dijon a malheureusement porté atteinte régulièrement et dramatiquement à la mémoire de mon époux et à ma famille », estimant qu’une « seule piste » avait été « fouillée et ce au mépris de tout le reste du dossier ».

Marie-Ange Laroche a toujours clamé l’innocence de son mari, tué en 1984 par Jean-Marie Villemin, un mois après avoir été relâché. « Bernard n’a eu aucun rôle dans cette affaire. On ne lui a pas laissé le temps de se défendre parce qu’on l’a assassiné », a-t-elle ajouté.

Le soir du 5 novembre 1984

Quant au témoignage du cousin germain de Murielle Bolle, qui l’accuse d’avoir fait pression sur sa sœur, qui avait accusé Bernard Laroche d’être à l’origine de l’enlèvement du petit Grégory, le soir du 5 novembre 1984, elle dément catégoriquement. « Ce soir-là, j’ai saisi Murielle par les épaules, mais je ne l’ai pas frappée. C’est faux, il n’était pas là. (…) Le soir de l’arrestation de Bernard, j’ai posé mes mains sur ses épaules, je lui ai dit à deux reprises ’qu’est-ce que tu as dit’ mais c’est tout. Elle ne m’a rien répondu ».

Marie-Ange n’a plus revu sa sœur depuis, à l’exception d’une rencontre par hasard dans un magasin.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une