Un nouveau chapitre pour IBA à Louvain-la-Neuve

La société IBA investit pour 16 millions d’euros dans un centre de logistique et de production «
zéro énergie
». © D. R.
La société IBA investit pour 16 millions d’euros dans un centre de logistique et de production « zéro énergie ». © D. R. - D. R.

Elle est devenue belle et imposante la petite start-up lancée il y a trente ans par Yves Jongen, le premier habitant de Louvain-la-Neuve. IBA, pour Ion Beam Applications, est devenu le premier fournisseur mondial de solutions de protonthérapie pour le traitement du cancer. Et c’est loin d’être terminé, comme en témoigne un nouvel investissement de seize millions d’euros, réparti sur deux ans, qui vient d’être lancé pour la construction d’un nouveau centre logistique et de production qui permet à la société d’ouvrir un nouveau chapitre à Louvain-la-Neuve, pour les trente années à venir au moins.

Le calcul est vite fait. Sur une population mondiale de 7,5 milliards d’habitants, on détecte aujourd’hui près de 14 millions de cancers tous les ans. Pour les traiter, la protonthérapie est pour l’instant considérée comme la forme de radiothérapie la plus avancée à ce jour. On ne compte cependant que 250 installations de protonthérapie dans le monde, alors que le besoin estimé avoisine les 2.500 unités. C’est écrire la marge de progression qui s’offre à IBA.

Confort pour le patient

D’autant que la société néolouvaniste, qui emploie aujourd’hui plus de 1.500 personnes dans le monde, dont 600 collaborateurs engagés au cours de ces deux dernières années, innove sans cesse. Elle vient ainsi de lancer le ProteusONE, une solution compacte de protonthérapie, donc moins chère.

Et Olivier Legrain, le patron d’IBA, de sourire : « Auparavant, quand un hôpital voulait s’équiper d’un appareil de protonthérapie, on avait l’habitude de dire qu’il fallait construire l’hôpital autour de l’appareil. Avec notre solution compacte, on peut l’installer directement au cœur de l’installation hospitalière existante. »

Et ce qui ne gâche rien, c’est que le ProteusONE permet, selon ses concepteurs, « un traitement avec plus de confort pour le patient, en réduisant les effets secondaires du traitement ».

Pour l’instant, de 8 à 10 de ces modèles sont construits par an. Et 19 installations ont déjà été vendues en moins de 40 mois. Le nouveau centre de production permettra de passer de 20 à 30 accélérateurs de particules par an. Ce dernier devrait être opérationnel au cours du premier quadrimestre de 2018.

Toitures végétales spéciales

Ce nouveau bâtiment, d’une surface de 9.000 m2, comprendra également des bureaux, ainsi qu’un espace d’accueil des clients et de présentation des produits en réalité augmentée.

Pour la somme indiquée, il va de soi que les lieux seront respectueux de l’environnement. De type « zéro énergie » sur le plan de l’isolation, ce bâtiment sera notamment équipé de panneaux solaires, de pare-soleil automatiques pour le vitrage et de toitures végétales accessibles aux employés, et offrira même, outre un éclairage LED combiné à la lumière naturelle, une récupération de la chaleur provenant des tests des accélérateurs de particules.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Cancer|Construction d'appareils|Population|Patient
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si les gilets jaunes ne se satisfont pas des décisions annoncées par Emmanuel Macron lundi soir, ils repartiront à l’assaut en étant convaincus qu’ils incarnent la volonté générale.

    Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

  2. belgaimage-142946510-full

    Carte blanche: face à la crise gouvernementale, un indispensable vote de confiance

  3. ©Photonews

    Coupe du monde de hockey: les Red Lions en quarts de finale avec la manière

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: y en a encore, je vous en remets?

    La crise politique belge n’en finit plus de continuer, elle est incompréhensible, surréaliste et dangereuse. Ce n’est pas que les citoyens soient en colère, c’est peut-être pire : ils ont décroché, ils ne suivent plus. Ils laissent le paquebot des « gouvernement, demi-gouvernement, gouvernement minoritaire, gouvernement en affaires courantes, gouvernement suédois, gouvernement orange bleue, gouvernement légitime, gouvernement non démocratique… » voguer dans ce monde désormais parallèle, cette bulle qui s’appelle la « ...

    Lire la suite