Accueil Sports Tennis

Wimbledon: le dernier carré est connu chez les dames

24 heures avant les demi-finales du tableau masculin, les quarts de finale dames ont livré tous leurs secrets. On connaît donc les demi-finales du tableau féminin.

Temps de lecture: 3 min

La Slovaque Magdalena Rybarikova, 87e mondiale, s’est qualifiée mardi pour les demi-finales de Wimbledon, après sa victoire en deux sets contre l’Américaine Coco Vandeweghe, 6-3, 6-3.

La Slovaque, dont le meilleur classement est 31e mondiale en 2013, atteint les demi-finales d’un Grand Chelem pour la première fois de sa carrière à 28 ans.

« Je ne peux pas y croire, je n’y aurais jamais cru avant. Je suis tellement heureuse », a réagi la récente demi-finaliste à Nottingham.

« J’ai eu des moments vraiment difficiles mais ma rééducation (après blessure) et mes efforts paient aujourd’hui », a-t-elle apprécié. « Je ne m’attendais pas à évoluer à un tel niveau. »

Rybarikova, qui avait éliminé la Tchèque Karolina Pliskova, futur N.1 mondiale, au deuxième tour, affrontera l’Espagnole Garbine Muguruza, 15e mondiale, tombeuse devant la Russe Svetlana Kuznetsova (8e), 6-3, 6-4.

« Contre Muguruza, cela va être très difficile, même si je l’ai déjà battue sur herbe. Elle a été impressionnante aujourd’hui », a jugé la Slovaque.

La belle opportunité de l’inusable Venus Williams

Venus Williams a remporté le choc des générations contre la championne de Roland-Garros Jelena Ostapenko, pour accéder aux demi-finales de Wimbledon et a maintenant une belle opportunité de soulever un huitième trophée majeur, neuf ans après son dernier sacre londonien.

À 37 ans, l’Américaine est devenue la joueuse la plus âgée à rallier le dernier carré depuis 1994 et sa compatriote Martina Navratilova, qui s’était inclinée en finale contre l’Espagnole Conchita Martinez cette année-là.

« J’adore ce sport. C’est pour cela que j’y consacre autant de temps et d’énergie », a expliqué Venus Williams après son succès (6-3, 7-5) face à la valeur montante du circuit féminin, de 17 ans sa cadette.

Au vu de la concurrence, l’ex-N.1 mondiale (11e aujourd’hui) a les moyens d’aller aussi loin que Navratilova voire de soulever le trophée.

Ni sa soeur Serena (enceinte), qui l’a privée du titre en finale de l’Open d’Australie en janvier, ni la Russe Maria Sharapova (blessée), lauréate du tournoi en 2004, ne sont là pour la stopper.

Et aucune des autres prétendantes en lice n’a le palmarès et l’expérience de la grande Floridienne (1,85 m, 75 kg), sept fois titrée en Grand Chelem, dont cinq fois dans son jardin de Wimbledon entre 2000 et 2008.

« Je me sens encore puissante et capable de tout. Peu importe l’âge, tant que je me sens comme ça, je sais que je peux prétendre au titre », a expliqué l’aînée des sœurs Williams après s’être débarrassée de la Lettone Ostapenko, qui n’avait pas trois semaines lorsqu’elle a joué son premier match à Londres en 1997.

Prochain obstacle sur sa route : la Britannique Johanna Konta (7e) qui n’a gagné aucun trophée majeur et n’a jamais atteint la finale à Londres.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Tennis

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Tennis, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb