Accueil Monde Proche-Orient

La disparition territoriale du Califat ne signifie pas la fin de Daesh

L’organisation terroriste pourrait muter en une multinationale du terrorisme international, en capitalisant sur un vaste réseau de cellules actives à travers le monde.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Alors que le territoire de Daesh se réduit comme une peau de chagrin, après la chute de Mossoul et le recul de ses combattants à Raqqa, et que son chef Abou Bakr al-Baghdadi serait mort, selon plusieurs sources dont l’Observatoire Syrien des droits de l’Homme (OSDH), l’Etat islamique est indiscutablement en pleine déroute, trois ans après l’auto-proclamation de son califat. Mais la perte de ses deux principaux fiefs en Syrie et en Irak et la rayure assez imminente du territoire qu’il contrôlait de la carte ne signifie pas pour autant la fin de ses actions. « L’organisation pourrait muter mais cela va être très difficile de la faire disparaître totalement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Israël se dirige vers de nouvelles élections

Naftali Bennett et Yair Lapid, les deux leaders de la coalition au pouvoir depuis un an, ont annoncé vouloir dissoudre la Knesset. Ils cherchent une porte de sortie pour leur gouvernement, sans majorité depuis plusieurs semaines, au détriment de la stabilité du pays, qui vivra sa cinquième élection en moins de quatre ans.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs