Accueil Société Régions Bruxelles

Un «Selor bruxellois» dès 2018

Par mesure d’économies à l’échelon fédéral, le Selor ne pourra plus assurer le recrutement des fonctionnaires régionaux. La Région capitale doit donc endosser cette nouvelle responsabilité.

Temps de lecture: 3 min

Un pas de plus dans la prise d’autonomie – un peu contrainte et forcée, pour le coup – de la Région capitale. Par la voix de la secrétaire d’Etat bruxelloise chargée de la Fonction publique Fadila Laanan (PS), à l’initiative du projet, le gouvernement bruxellois a annoncé mardi avoir adopté jeudi dernier un arrêté pour la création d’un nouveau Service public régional, baptisé « Bruxelles Fonction publique ». Il sera mis en place dès le 1er janvier 2018. A l’origine de cette création, qui n’était pas prévue par l’accord de gouvernement régional 2014-2019, une notification adressée par les autorités fédérales à la Région. Celle-ci indiquait que, faute de budget, le Selor ne serait plus à même d’organiser les recrutements pour l’administration régionale bruxelloise, explique le porte-parole de Fadila Laanan, Christophe Vancutsem.

Présenté, dans un communiqué, « comme une sorte de Selor bruxellois », le nouvel organisme sera donc chargé de sélectionner les futurs fonctionnaires des ministères et organismes de la Région bruxelloise, en lieu et place du Selor qui est, lui, fédéral. Il sera « chargé d’améliorer les procédures de recrutement, mais également de stimuler la représentation de Bruxellois au sein des ministères et organismes de la Région », précise le communiqué.

Une pique à l’adresse dudit Selor, à l’origine selon Fadila Laanan de « problèmes de recrutement qui sont pour l’essentiel dus à un manque de ressources au sein du Selor fédéral qui est l’étape obligée pour engager des agents statutaires ». Et la ministre d’analyser le phénomène, qui nuit au « bon fonctionnement des services publics bruxellois », comme « une des nombreuses conséquences des mesures d’économie prises au niveau fédéral en matière de fonction publique ».

Bruxelles Fonction publique centralisera les procédures de recrutement pour l’ensemble des services publics régionaux, précise le communiqué. Les nouvelles procédures seront donc plus rapides, espèrent les autorités bruxelloises, et elles « répondront mieux aux spécificités bruxelloises », ajoute le communiqué. En d’autres termes, elles permettront peut-être de recruter davantage de Bruxellois dans l’administration de la Région, dont seuls 55 % des fonctionnaires sont aujourd’hui domiciliés sur le territoire de la capitale, selon le cabinet de Fadila Laanan.

Même s’il s’agit donc d’un nouveau transfert de coûts du niveau fédéral vers les entités fédérées, la Région bruxelloise pourrait donc trouver un avantage à assurer elle-même ses recrutements, qui s’inscriraient dans le droit fil de la réforme bruxelloise des aides à l’emploi portée par le ministre bruxellois de l’Emploi Didier Gosuin (Défi) et adoptée à la mi-juin, et qui vise notamment à favoriser le recrutement de travailleurs bruxellois à Bruxelles. « Il sera question, par exemple, de permettre à des candidats de pouvoir postuler des emplois sans avoir le diplôme requis mais en pouvant valoriser les compétences acquises sur la base de l’expérience professionnelle », indique le communiqué.

Le gouvernement estime en outre qu’à terme, la création de Bruxelles Fonction publique conduira à des économies d’échelle puisque les organismes régionaux ne devront plus développer en interne la fonction de recrutement.

Depuis le début de cette année, Fadila Laanan a déjà mis en place une cellule provisoire au sein du Service public régional bruxellois (SPRB), pour laquelle six agents travaillent en étroite collaboration avec le Selor pour redynamiser les procédures de recrutement.

« Bruxelles Fonction publique visera avant tout à garantir la qualité et l’efficacité des services et d’en assurer la durabilité sans toucher aux droits des agents, a commenté Fadila Laanan. Pour moi, les services publics doivent faire la démonstration qu’ils atteignent un niveau de qualité au moins égal à celui du privé. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par M. SAMYN P.A./DIR.GEN.ADJOINT , jeudi 13 juillet 2017, 18:44

    Bravo pour l'initiative, mais pourquoi ne pas y associer les autres pouvoirs francophones? Il faut mutualiser les ressources, tout le monde y gagnera. Pierre-André Samyn.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo