Accueil Société Régions Bruxelles

Watermael-Boitsfort: le collège a répondu aux interrogations de l’opposition

Défi et le PS avaient convoqué un conseil communal extraordinaire. Ils sont restés sur leur faim.

Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

La salle du conseil communal de Watermael-Boitsfort affichait complet hier soir grâce aux membres des sections de Défi et du PS. Ils sont tous venus à l’annonce de la convocation de ce conseil communal extraordinaire pour entendre la réponse du bourgmestre Olivier Deleuze sur les éventuelles tensions entre les membres du collège suite à l’annonce de la fusion du MR et de Gestion municipale (GM). L’opposition craint que cela ne fragilise la majorité actuellement composée d’Ecolo, de GMH (fusion entre GM et le CDH) et du MR.

C’est le conseiller Défi, Michel Colson, qui a pris la parole en premier. « Cette procédure est exceptionnelle car nous risquons une instabilité au sein de cette majorité que nous avons toujours jugée contre nature et étriquée. Nous ne voyons pas comment vous allez gérer la suite des événements. »

« Nous demandons la transparence totale pour tous les Boitsfortois, renchérit Martine Payfa (Défi). C’est un véritable changement de majorité. Est-ce que cela a une incidence sur la composition des groupes du conseil communal ? Va-t-on avoir deux chefs de groupe, l’un pour GM et l’autre pour le CDH ? »

Durant toutes les interventions, le bourgmestre Olivier Deleuze est resté impassible. Il a repris, question par question, mais a donné la même réponse à toutes. « Au nom de la majorité, il n’y aura aucune conséquence. »

« Circulez, il n’y a rien à voir », lancera l’opposition, frustrée de ne pas pouvoir mener un débat ou de voir le CDH, GM et le MR se déchirer. La petite pique viendra tout de même du CDH, « le cocu de l’histoire », selon Michel Colson.

« En octobre 2012, le CDH avait accepté que GM s’associe à lui pour présenter une liste commune GMH, a expliqué le conseiller Roland Maekelbergh (CDH). GM a choisi dès aujourd’hui de rejoindre le MR, souhaitant profiter de l’opportunité de négocier des places sur une liste à présenter à l’électeur dans quinze mois. GM trahit ainsi sa propre signature de ne pas rompre avant le 30 juin 2018 le cartel. Il joue ainsi avec le feu et on peut s’interroger sur les motivations du MR à accueillir les trois conseillers GM. »

GM n’a pas nié le non-respect de l’accord tout en précisant qu’il continuait à soutenir le travail du collège qu’il jugeait très bon, y compris celui de l’échevin des Finances, Alain Wiard (CDH). Quant au MR, David Leisterh a préféré la jouer profil bas en confirmant la volonté de son groupe de poursuivre le travail engagé, dans l’intérêt du citoyen.

« Cette majorité n’était là que pour détruire une seule personne et aujourd’hui elle ne s’entend plus, ajoute Sandra Ferretti (Défi). Elle est immobile. C’est logique quand on préfère les petits arrangements entre amis ou à devenir khalife à la place du khalife. Le travail ne se fait pas. »

Dans les rangs du collège, on regarde ses notes sans broncher. L’impassibilité est visiblement de rigueur. Seule une attaque de Michel Colson affirmant que le bourgmestre ne voulait pas répondre aux interrogations a fait frémir la moustache d’Olivier Deleuze. « Je réfute cette accusation. Je vous ai répondu à vos trois questions. Nous continuons à travailler. Cela n’a aucune conséquence. »

A juger sur pièces dès la rentrée de septembre.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo