Lessines, Silly et Enghien changent de circonscription

Enghien, comme Lessines et Silly, était jusqu’ici rattachée à la circonscription électorale du Centre. © Avpress.
Enghien, comme Lessines et Silly, était jusqu’ici rattachée à la circonscription électorale du Centre. © Avpress. - avpress

Ces dernières années, les communes de Wallonie picarde ont voté motion sur motion, réclamant le transfert de trois communes (Lessines, Enghien et Silly) de la circonscription électorale du centre vers celle de Wallonie picarde.

Dès la rentrée, le parlement wallon devrait voter un décret sur le redécoupage des circonscriptions électorales assurant, entre autres, le transfert des trois communes vers la Wallonie picarde.

Concrètement, dès 2019, les citoyens de Lessines, Silly et Enghien auront le choix entre les mêmes candidats que ceux qui seront proposés aux citoyens de Mouscron, Tournai et Ath.

Une décision qui réjouit Rudy Demotte, le bourgmestre empêché de Tournai, qui milite pour ce transfert depuis des années. « J’ai toujours défendu ce principe même s’il n’est pas le plus favorable pour ma famille politique », raconte le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

En effet, à part Lessines, le PS n’enregistre pas ses meilleurs scores à Silly et Enghien, deux communes plus ancrées à droite de l’échiquier politique.

Proximus l’avait prouvé

Rudy Demotte et beaucoup d’autres ont toujours plaidé pour une Wallonie picarde cohérente. « Le territoire est couvert par les mêmes intercommunales, Ideta et Ipalle, No Télé couvre tout le territoire et les gens de ces communes sont plus orientés vers la Wallonie picarde, véritable trait d’union entre les deux grands bassins que sont Lille et Bruxelles. »

Le bourgmestre de Tournai gratifie sa position par une petite anecdote. « Il y a quelques années, Proximus avait réalisé une carte établissant les contacts entre leurs clients. La région la plus claire de cette étude était la nôtre et cette cartographie nous donnait raison. »

Depuis, la Cour constitutionnelle et le Conseil d’Etat ont rendu un avis identique : il fallait revoir le découpage des circonscriptions électorales en Wallonie !

A Enghien, le bourgmestre Ecolo, Olivier Saint-Amand, partage la joie de son confrère tournaisien. « Cette demande de transfert n’était pas un caprice politique mais une demande cohérente par rapport aux intercommunales et aux instances de Wallonie picarde qui couvrent notre territoire. Je me réjouis de cette nouvelle. »

Pascal De Handschutter, bourgmestre socialiste de Lessines, se réjouit aussi de cette nouvelle mais il comptait s’exprimer face à l’ensemble de la presse via un communiqué qui était attendu ce matin. Nous reviendrons alors sur son point de vue.

Un député de moins

Avec cette réforme, il n’y aura donc plus que quatre circonscriptions en Hainaut : Charleroi-Thuin (23 communes, 487.000 habitants, 10 députés), Wallonie picarde (23 communes, 348.000 habitants, 7 députés), Mons-Borinage (13 communes, 257.000 habitants, 5 députés) et le Centre (10 communes, 242.000 habitants, 5 députés).

Le Hainaut enverra donc 27 députés au parlement wallon, la province perdra un représentant au profit de la province de Luxembourg.

Mais d’ici 2019, il peut encore se passer bien des choses dans le pays du surréalisme…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite