Lessines, Silly et Enghien changent de circonscription

Enghien, comme Lessines et Silly, était jusqu’ici rattachée à la circonscription électorale du Centre. © Avpress.
Enghien, comme Lessines et Silly, était jusqu’ici rattachée à la circonscription électorale du Centre. © Avpress. - avpress

Ces dernières années, les communes de Wallonie picarde ont voté motion sur motion, réclamant le transfert de trois communes (Lessines, Enghien et Silly) de la circonscription électorale du centre vers celle de Wallonie picarde.

Dès la rentrée, le parlement wallon devrait voter un décret sur le redécoupage des circonscriptions électorales assurant, entre autres, le transfert des trois communes vers la Wallonie picarde.

Concrètement, dès 2019, les citoyens de Lessines, Silly et Enghien auront le choix entre les mêmes candidats que ceux qui seront proposés aux citoyens de Mouscron, Tournai et Ath.

Une décision qui réjouit Rudy Demotte, le bourgmestre empêché de Tournai, qui milite pour ce transfert depuis des années. « J’ai toujours défendu ce principe même s’il n’est pas le plus favorable pour ma famille politique », raconte le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

En effet, à part Lessines, le PS n’enregistre pas ses meilleurs scores à Silly et Enghien, deux communes plus ancrées à droite de l’échiquier politique.

Proximus l’avait prouvé

Rudy Demotte et beaucoup d’autres ont toujours plaidé pour une Wallonie picarde cohérente. « Le territoire est couvert par les mêmes intercommunales, Ideta et Ipalle, No Télé couvre tout le territoire et les gens de ces communes sont plus orientés vers la Wallonie picarde, véritable trait d’union entre les deux grands bassins que sont Lille et Bruxelles. »

Le bourgmestre de Tournai gratifie sa position par une petite anecdote. « Il y a quelques années, Proximus avait réalisé une carte établissant les contacts entre leurs clients. La région la plus claire de cette étude était la nôtre et cette cartographie nous donnait raison. »

Depuis, la Cour constitutionnelle et le Conseil d’Etat ont rendu un avis identique : il fallait revoir le découpage des circonscriptions électorales en Wallonie !

A Enghien, le bourgmestre Ecolo, Olivier Saint-Amand, partage la joie de son confrère tournaisien. « Cette demande de transfert n’était pas un caprice politique mais une demande cohérente par rapport aux intercommunales et aux instances de Wallonie picarde qui couvrent notre territoire. Je me réjouis de cette nouvelle. »

Pascal De Handschutter, bourgmestre socialiste de Lessines, se réjouit aussi de cette nouvelle mais il comptait s’exprimer face à l’ensemble de la presse via un communiqué qui était attendu ce matin. Nous reviendrons alors sur son point de vue.

Un député de moins

Avec cette réforme, il n’y aura donc plus que quatre circonscriptions en Hainaut : Charleroi-Thuin (23 communes, 487.000 habitants, 10 députés), Wallonie picarde (23 communes, 348.000 habitants, 7 députés), Mons-Borinage (13 communes, 257.000 habitants, 5 députés) et le Centre (10 communes, 242.000 habitants, 5 députés).

Le Hainaut enverra donc 27 députés au parlement wallon, la province perdra un représentant au profit de la province de Luxembourg.

Mais d’ici 2019, il peut encore se passer bien des choses dans le pays du surréalisme…

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © PhotoNews

    Grand Baromètre: les verts, première famille politique du pays

  2. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  3. Les parents de la petite Mawda ont été régularisé pour un an et pourront suivre l’enquête sur le décès de leur fille. Un jugement a également contraint le CPAS de Woluwe-Saint-Lambert à prendre en charge la famille.

    Affaire Mawda: la famille de la fillette régularisée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite