Accueil Culture Scènes

Festival d’été: le temps de la gadoue et des bottes de caoutchouc

Les organisateurs de manifestations, théâtre ou musique, scrutent le ciel et consultent la météo. L’impact de la pluie reste cependant limité.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

En Belgique, on n’a guère l’occasion d’entamer une danse de la pluie pour la faire venir. Elle s’offre le plus souvent toute seule. Particulièrement en été. Temps des festivals de musique, du théâtre en plein air et de la drache nationale. A Villers-la-Ville pendant toute la journée, on a craint de ne pouvoir assurer la représentation du mercredi soir. A Dour, qui a commencé mercredi soir, on regardait les prévisions avec un certain stress. Aux Ardentes, le dernier week-end, la pluie a gâché le premier jour.

«  On a arrêté, le temps que l’orage passe. Mais ça n’a pas duré longtemps  », affirme Fabrice Lamproye, co-organisateur des Ardentes. Les festivaliers se sont donc réfugiés aux Halles des foires qui abritaient Wallifornia, le parafestival des Ardentes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs