Accueil Belgique Politique

Des gouvernements en crise, entre cris et chuchotements

Selon les niveaux de pouvoir concernés, le divorce entre le PS et le CDH se manifeste de façon feutrée ou bruyante. A Namur, on s’invective ; à Bruxelles, on s’épargne.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Dans une poignée de jours, cela fera un mois que Benoît Lutgen a « retiré la prise ». Et à ce stade, nul ne peut prédire s’il parviendra à instaurer un courant alternatif en Wallonie, en Fédération Wallonie-Bruxelles et en Région bruxelloise. Mais une lune après avoir appelé de ses vœux une aurore nouvelle au sud et au centre du pays, le centriste a surtout ouvert une période de transition, mise en bouteille sous l’appellation de « crise ». Un substantif qui se justifie (ou pas), selon les endroits, les moments et les dossiers.

En Wallonie, cela a le mérite de la clarté. Le désamour du couple socialo-humaniste est total. Le PS a mis la télé-redevance sur la table et les assiettes ont volé, dès l’heure des premiers JT. Prévot bouffe du socialiste et c’est Magnette qui vomit… Lutgen. Même un last minute offert par un tour-opérateur ne permettrait pas de les emmener ensemble à la Costa Brava. Sous le toit de l’Elysette, la notion de « divorce à l’amiable » n’a pas cours.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Delforge - Cardon , jeudi 13 juillet 2017, 11:32

    Quel CIRQUE

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs