Wallonie picarde: un manque crucial de pompiers

Dimanche, ce sont les pompiers de Leuze qui sont intervenus pour un incendie dans les bâtiments de Lessines-Expo. © B.L.
Dimanche, ce sont les pompiers de Leuze qui sont intervenus pour un incendie dans les bâtiments de Lessines-Expo. © B.L. - b.l.

Les services de secours de Wallonie picarde ont été alertés dimanche, vers 6 h 45 du matin, qu’un incendie s’était déclaré dans les bâtiments de Lessines-Expo. La logique voudrait que le premier départ soit assuré par des pompiers de Lessines mais l’effectif légal n’était pas complet. En effet, pour sortir une auto-pompe de la caserne, la loi impose la présence de six pompiers minimum.

Or, dimanche matin, il n’y avait pas assez de pompiers volontaires disponibles, ni à Lessines ni à Ath. Du coup, ce sont les hommes de Leuze qui sont intervenus dans la cité de Magritte, mettant ainsi un peu plus de temps pour intervenir.

Les volontaires de moins en moins nombreux

Une situation interpellante qui n’est pas une première en Wallonie picarde. Ce genre de problème se répète souvent dans des zones rurales. Il n’y a pas de pompiers professionnels partout et les volontaires sont de moins en moins nombreux et disponibles la semaine. Hélas, ces indisponibilités ont aussi lieu la nuit et les week-ends.

Le bourgmestre de Lessines, Pascal De Handschutter, n’était pas présent dans la cité de Magritte dimanche matin mais il a été informé de la situation. « Cela démontre la nécessité d’avoir un corps de pompiers en partie professionnel afin de pouvoir assurer un premier départ. Je milite depuis longtemps en ce sens », dit-il.

Le maïeur insiste aussi sur la bonne harmonie qui doit exister entre les professionnels et les volontaires, lesquels sont appelés à intervenir en renfort. Les volontaires ne sont, en général, pas très disponibles en journée en raison de leurs occupations professionnelles. Il faut parfois attendre plusieurs minutes pour regrouper six hommes.

Pour le président de la zone de secours, Paul-Olivier Delannois, cet incident est « la preuve par A+B » qu’il faut avancer au plus vite dans le cadre de la réforme. « Avec les bourgmestres concernés, nous voulons régler ce problème au plus vite », insiste le Tournaisien.

Dimanche, l’incendie n’aurait pas fait de gros dégâts à Lessines mais que ce serait-il passer en cas d’explosion chimique dans une entreprise ? La présence des professionnels du feu reste indispensable et doit être rapide.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HAZARDVERT4

    Football Leaks: le juteux business d’Eden Hazard

  2. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  3. Total Belgique, leader du marché belge, compte environ 230
stations-service en Wallonie, dont une soixantaine sont en situation de rupture de stock.

    Gilets jaunes: les pétroliers craignent pour la sécurité des dépôts

Chroniques
  • Lettre du Brexit: l’honorable best-seller d’un psychodrame national

    Par Marc Roche

    Trop c’est trop. Ce n’est plus du ras-le-bol, c’est un véritable haut-le-cœur national. Encore du Brexit et toujours du Brexit ! Il n’est pas une minute où l’on n’entend, où l’on ne lit, où ne s’expriment les mille et une raisons que nous avons de soutenir ou pas l’accord scellé avec l’Union européenne. Les difficultés de Theresa May d’obtenir d’ici Noël une majorité à la Chambre des Communes pour ratifier le texte sont bombardées en boucle sur les petits écrans à grands jets de chromos.

    Je m’esquive à l’anglaise de la « bulle » londonienne pour me ressourcer un week-end chez des amis dans le havre de paix du Hampshire grâce au calme propice à la lecture. Puisqu’on n’y peut rien, autant se plonger dans le dernier roman de Jonathan Coe intitulé Middle England.

    L’ouvrage a pour cadre la campagne anglaise en proie aux déchirements du...

    Lire la suite

  • Le «footbelgate», labo judiciaire

    L’affaire du Footbelgate sera aussi un laboratoire judiciaire. L’accès au statut de repenti de l’agent de joueurs Dejan Veljkovic, avec lequel le parquet fédéral a signé un mémorandum prévoyant une peine de 5 ans de prison avec sursis et 80.000 euros d’amende en échange d’informations « substantielles, révélatrices et complètes », jusqu’alors inconnues de la justice, est une première en Belgique depuis l’adoption de la loi sur les repentis publiée au Moniteur belge le 7 août dernier....

    Lire la suite