Wallonie picarde: un manque crucial de pompiers

Dimanche, ce sont les pompiers de Leuze qui sont intervenus pour un incendie dans les bâtiments de Lessines-Expo. © B.L.
Dimanche, ce sont les pompiers de Leuze qui sont intervenus pour un incendie dans les bâtiments de Lessines-Expo. © B.L. - b.l.

Les services de secours de Wallonie picarde ont été alertés dimanche, vers 6 h 45 du matin, qu’un incendie s’était déclaré dans les bâtiments de Lessines-Expo. La logique voudrait que le premier départ soit assuré par des pompiers de Lessines mais l’effectif légal n’était pas complet. En effet, pour sortir une auto-pompe de la caserne, la loi impose la présence de six pompiers minimum.

Or, dimanche matin, il n’y avait pas assez de pompiers volontaires disponibles, ni à Lessines ni à Ath. Du coup, ce sont les hommes de Leuze qui sont intervenus dans la cité de Magritte, mettant ainsi un peu plus de temps pour intervenir.

Les volontaires de moins en moins nombreux

Une situation interpellante qui n’est pas une première en Wallonie picarde. Ce genre de problème se répète souvent dans des zones rurales. Il n’y a pas de pompiers professionnels partout et les volontaires sont de moins en moins nombreux et disponibles la semaine. Hélas, ces indisponibilités ont aussi lieu la nuit et les week-ends.

Le bourgmestre de Lessines, Pascal De Handschutter, n’était pas présent dans la cité de Magritte dimanche matin mais il a été informé de la situation. « Cela démontre la nécessité d’avoir un corps de pompiers en partie professionnel afin de pouvoir assurer un premier départ. Je milite depuis longtemps en ce sens », dit-il.

Le maïeur insiste aussi sur la bonne harmonie qui doit exister entre les professionnels et les volontaires, lesquels sont appelés à intervenir en renfort. Les volontaires ne sont, en général, pas très disponibles en journée en raison de leurs occupations professionnelles. Il faut parfois attendre plusieurs minutes pour regrouper six hommes.

Pour le président de la zone de secours, Paul-Olivier Delannois, cet incident est « la preuve par A+B » qu’il faut avancer au plus vite dans le cadre de la réforme. « Avec les bourgmestres concernés, nous voulons régler ce problème au plus vite », insiste le Tournaisien.

Dimanche, l’incendie n’aurait pas fait de gros dégâts à Lessines mais que ce serait-il passer en cas d’explosion chimique dans une entreprise ? La présence des professionnels du feu reste indispensable et doit être rapide.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © PhotoNews

    Grand Baromètre: les verts, première famille politique du pays

  2. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  3. Les parents de la petite Mawda ont été régularisé pour un an et pourront suivre l’enquête sur le décès de leur fille. Un jugement a également contraint le CPAS de Woluwe-Saint-Lambert à prendre en charge la famille.

    Affaire Mawda: la famille de la fillette régularisée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite