Wallonie picarde: un manque crucial de pompiers

Dimanche, ce sont les pompiers de Leuze qui sont intervenus pour un incendie dans les bâtiments de Lessines-Expo. © B.L.
Dimanche, ce sont les pompiers de Leuze qui sont intervenus pour un incendie dans les bâtiments de Lessines-Expo. © B.L. - b.l.

Les services de secours de Wallonie picarde ont été alertés dimanche, vers 6 h 45 du matin, qu’un incendie s’était déclaré dans les bâtiments de Lessines-Expo. La logique voudrait que le premier départ soit assuré par des pompiers de Lessines mais l’effectif légal n’était pas complet. En effet, pour sortir une auto-pompe de la caserne, la loi impose la présence de six pompiers minimum.

Or, dimanche matin, il n’y avait pas assez de pompiers volontaires disponibles, ni à Lessines ni à Ath. Du coup, ce sont les hommes de Leuze qui sont intervenus dans la cité de Magritte, mettant ainsi un peu plus de temps pour intervenir.

Les volontaires de moins en moins nombreux

Une situation interpellante qui n’est pas une première en Wallonie picarde. Ce genre de problème se répète souvent dans des zones rurales. Il n’y a pas de pompiers professionnels partout et les volontaires sont de moins en moins nombreux et disponibles la semaine. Hélas, ces indisponibilités ont aussi lieu la nuit et les week-ends.

Le bourgmestre de Lessines, Pascal De Handschutter, n’était pas présent dans la cité de Magritte dimanche matin mais il a été informé de la situation. « Cela démontre la nécessité d’avoir un corps de pompiers en partie professionnel afin de pouvoir assurer un premier départ. Je milite depuis longtemps en ce sens », dit-il.

Le maïeur insiste aussi sur la bonne harmonie qui doit exister entre les professionnels et les volontaires, lesquels sont appelés à intervenir en renfort. Les volontaires ne sont, en général, pas très disponibles en journée en raison de leurs occupations professionnelles. Il faut parfois attendre plusieurs minutes pour regrouper six hommes.

Pour le président de la zone de secours, Paul-Olivier Delannois, cet incident est « la preuve par A+B » qu’il faut avancer au plus vite dans le cadre de la réforme. « Avec les bourgmestres concernés, nous voulons régler ce problème au plus vite », insiste le Tournaisien.

Dimanche, l’incendie n’aurait pas fait de gros dégâts à Lessines mais que ce serait-il passer en cas d’explosion chimique dans une entreprise ? La présence des professionnels du feu reste indispensable et doit être rapide.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite