Une crise utile?

Une crise utile?

Cette crise, née dans la précipitation et traitée dans l’improvisation, peut marquer un tournant pour la Wallonie, si…

S’il en sort un corps politique fort, guidé uniquement par l’intérêt de la région, et le souci, l’obsession permanente même, d’accélérer le redressement wallon.

Ce corps politique a deux ans.

Deux ans pour convaincre un quart de l’électorat wallon d’abandonner son intention de voter pour un parti communiste aux propositions irréalistes et infinançables, qui n’ont jamais fonctionné nulle part sauf en appauvrissant tout le monde ; deux ans pour ramener à des idées plus constructives cet électorat légitimement indigné et déboussolé devant la réalité wallonne : risque de pauvreté ; enseignement qui n’ouvre pas suffisamment sur l’emploi ni même, souvent sur un diplôme ; finances publiques fragiles, classe politique à la dérive sous le coup des scandales à répétition, qu’elle paraît incapable d’éviter.

Deux ans pour convaincre que ce ne sont pas les multinationales ni le grand capital qui ont appauvri la Wallonie, mais le manque de réactivité de la société wallonne (nous tous) devant l’évolution du monde.

Deux ans pour convaincre que la précarité ne se guérit pas uniquement à coups d’allocations sociales ou d’emplois publics. Que cela plaise ou non, c’est par l’augmentation de l’emploi privé que la Wallonie se sauvera ; et elle n’y arrivera qu’en reconnaissant enfin le rôle de l’entreprise privée et de l’entrepreneur.

Et donc, deux ans pour remporter la bataille du marché de l’emploi, victoire qui passera nécessairement par une mise en œuvre à bref délai du pacte pour un enseignement d’excellence, après deux ans de palabres et d’avancées suivies de reculs.

Deux ans pour lancer un vaste programme d’investissements publics, dans les infrastructures de communication et télécommunication, dans les logements, dans les écoles…

Deux ans pour donner corps à une politique industrielle dont les axes et les mesures concrètes viennent d’être proposés au gouvernement.

Deux ans pour tout ça ?

C’est peu, mais y a-t-il un autre choix pour la Wallonie que de passer à la vitesse supérieure ? Il n’y en a pas.

Mais, condition nécessaire, dans un climat social serein ; on ne peut qu’être effrayé par des menaces de grève à la simple évocation d’une coalition de centre droit en Wallonie.

Le redressement ne peut bien entendu pas se faire sur le dos des travailleurs, mais il ne se fera pas non plus sans les entreprises ; ce consensus-là doit fonder le programme du gouvernement, pour ces deux ans certes, mais aussi pour la suite.

Si tout cela se fait, alors oui, la crise aura été utile.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20170924-3H1MF8 2019-06-04 22:29:48

    Par Jonathan Moskovic, coordinateur plaidoyer francophone Plan International Belgique.

    Cartes blanches

    «Etudes de médecine: l’empathie, ça s’apprend!»

  • «
Aucun test de l’évaluation de l’empathie n’a été trouvé suffisamment prédictif pour être utilisé comme mesure de sélection pour les facultés de médecine
», note le professeur Cogan.

    Par Elie Cogan, professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Evaluer l’empathie lors de l’examen d’entrée en médecine est un non-sens»

  • L’assainissement des terres est indispensable pour lutter contre la pollution des océans.

    Par Françoise Jacob, directrice du bureau de l’UNOPS (Bureau des Nations unies pour les services d’appui aux projets)* à Bruxelles et représentante auprès des institutions et des États membres de l’Union européenne.

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Lutter contre la pollution terrestre pour des océans propres»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

  2. Alaa Sheikhi, 24 ans, réfugié syrien arrivé en 2015 a été condamné à 9 ans et demi de prison. Il clame son innocence.

    Allemagne: à Chemnitz, le réfugié accusé dénonce un verdict politique

  3. L’Awap a notamment pour mission de préserver le patrimoine immeuble.

    Patrimoine wallon: malgré les préavis d’actions, le ministre Collin reste confiant

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite