Brésil: condamné pour corruption, Lula veut se présenter à la présidentielle de 2018

© Reuters
© Reuters

L’ex-président Lula a annoncé jeudi vouloir se présenter à la présidentielle au Brésil en 2018 et a dénoncé ceux qui «sont en train de détruire la démocratie» dans son pays, lors de sa première réaction à sa condamnation à près de dix ans de prison.

Luiz Inacio Lula da Silva, qui va contester en appel sa condamnation, «politique» selon lui, pour corruption et blanchiment d’argent, a également dénoncé un «Etat de quasi exception» au Brésil, lors d’une conférence de presse à Sao Paulo.

«Je veux dire à mon parti (le Parti des Travailleurs, ndlr) qu’à partir de maintenant, je vais revendiquer auprès du PT le droit d’être candidat» à la présidentielle de 2018, a-t-il déclaré, affirmant être toujours «dans le jeu».

Président du Brésil de 2003 à 2010, Lula a déclaré que les enquêtes en cours pour corruption depuis trois ans dans le cadre du scandale «Lavage-Express» autour du groupe publique Petrobtras avaient fait de la première économie d’Amérique latine un Etat où «les droits démocratiques sont jetés à la poubelle».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Arnaud Jacquemin, administrateur délégue d’Univers Drink
: «
Il y a dix ans, quand nous avons lancé nos produits, le sans alcool passait inaperçu. Aujourd’hui, c’est un vrai phénomène.
»

    Bières et vins sans alcool: une croissance à faire tourner la tête

  3. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite