Accueil Opinions Éditos

Crise politique: c’est la fin de la pantalonnade

Après un mois de crise politique, la formation de majorités se fait enfin pressentir.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 3 min

Un mois. Il aura fallu un mois entre le moment où les gouvernements des entités fédérées ont cessé de fonctionner (à plein régime) et celui où les responsables politiques francophones susceptibles de former des majorités vont parler pour la première fois de formation de majorités…

Un mois durant lequel la population a assisté, médusée, à des échanges de noms d’oiseaux entre toutes les formations politiques sans exception. Et tout cela pour quoi ? Pour arriver à un indispensable accord sur la gouvernance ? Non. Il s’agit d’une sorte de protocole, un accord à géométrie variable, où il y a consensus sur certains points et pas sur d’autres. Après un mois, et alors que tous les partis concèdent, et heureusement, que la gouvernance est à révolutionner en Belgique, il n’y a toujours pas le moindre texte fondateur commun pour passer à la nouvelle ère que tout le monde appelle (officiellement) de ses vœux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Guissard Jean-pierre, dimanche 16 juillet 2017, 23:24

    Faut-il comprendre cet article regrette l'épisode actuel et souligne l'impossibilité pour le MR- CDH de gouverner demain ?

  • Posté par Jules Vandeweyer, samedi 15 juillet 2017, 15:00

    On a surtout discuté de postes (rémunérateurs) à occuper. Dans son projet, la nouvelle "gouvernance" n'a pas révélé son programme. Gageons que nous allons avoir une politique de droite/droite. Pour répondre à "Monsieur Alain": les chiffres sont bons pour la Wallonie comme pour les autres régions, donc les socialos n'étaient pas dans le rouge (voir la presse de ces derniers jours)

  • Posté par Heunders Bernard, vendredi 14 juillet 2017, 18:22

    Incroyable cette analyse ! Féliciter celui qui a retiré la prise ! Que devient l'électeur ? Ce cas d'école risque de se représenter et l'électeur n'a rien à dire ? Pfff...tous à mettre dans un bac à sable, éditeur du Soir y compris ! Bravo pour cet exemple de médiocratie !

  • Posté par Ujhazi Tibor, vendredi 14 juillet 2017, 11:58

    Les politiciens belges peuvent être fiers d'avoir inventé la chaoscratie comme forme de gouvernance.

  • Posté par Michèle Plahiers, vendredi 14 juillet 2017, 11:26

    Désolé la belgique, mais dorénavant mes regards se tournent vers la France.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs