Accueil Belgique

Le meurtrier de Lantin se constitue partie civile

En mai 2016, Abderrahman Ben Otman avait tué son co-détenu à coups de chaise et de couverts en plastique. Ses avocats viennent de déposer plainte contre X pour non-assistance à personne en danger.

Primeur - Temps de lecture: 3 min

Les avocats d’Abderrahman Ben Otman, un Algérien de 32 ans, viennent de déposer plainte contre X, au nom de leur client, pour non-assistance à personne en danger. Le trentenaire était détenu dans l’annexe psychiatrique de Lantin pendant les grèves des prisons au printemps 2016. Schizophrène, il n’aurait pas reçu une médication adaptée et avait fait, le 17 mai 2016, une crise d’une violence extrême. Quand les gardiens étaient passés vers 21h30, ils avaient découvert Abderrahman Ben Otman en transe, dans une cellule tapissée de sang, à côté du corps sans vie de son codétenu, tué à coups de chaise et de couverts en plastique. Accaparés par un début d’incendie et un début d’émeute, ils n’avaient pas entendu les cris.

Les grèves avaient démarré le 26 avril 2016, initialement pour un jour. Mais la situation s’était terriblement enlisée, ce que le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) a d’ailleurs stigmatisé lors d’une déclaration faite ce jeudi :« De telles actions collectives, générées parfois sans préavis, sans limite ni dans le nombre d’agents pénitentiaires impliqués ni dans la durée, contribuent généralement à un fort accroissement des tensions (…) Au cours de ses multiples visites dans les 47 Etats membres du Conseil de l’Europe ces 27 dernières années, le Comité n’a jamais observé de phénomène analogue ». La déclaration rappelle le drame du 17 mai 2016 à Lantin « qui conduit le CPT à encore s’interroger, à la lumière des nouvelles informations recueillies sur place, sur les risques démesurés qui peuvent être encourus lors de tels mouvements sociaux ».

Huseyn Birinci, un Turc de 53 ans domicilié à Riemst, avait été condamné, en avril 2016, à une peine de 7 ans de prison pour un viol sur mineure d’âge. A la suite du prononcé de sa condamnation, il avait fait une tentative de suicide et il avait été décidé, « pour sa sécurité », de le transférer dans l’aile psychiatrique de Lantin. C’est ainsi qu’il s’était retrouvé en cellule avec Abderrahman Ben Otman, au profil inquiétant : il avait déjà tué quelqu’un sans raison, en 2009. Relevant de la défense sociale, il avait été incarcéré à Forest puis il avait fait l’objet d’un essai, non concluant, de remise en liberté.« Il devait être transféré à Forest ou à St Gilles, mais cela n’a pu être le cas à cause des grèves », explique Me Simonis, un de ses conseils. « Son médecin a demandé une nouvelle incarcération pour être sûr qu’il suive bien sa médication… Et c’est finalement en détention qu’il a fait une crise, faute de traitement adapté ! », s’offusque Me Nève, qui le défend également.

Le dossier du meurtre d’Huseyn Birinci a abouti, le mois dernier, à une nouvelle décision d’internement d’Abderrahman Ben Otman. La plainte pour non-assistance à personne en danger a été déposée dans les mains de la même juge d’instruction, Isabelle Cabus.« Nous ne savons pas vers quoi cela peut mener, mais nous espérons que cela permettra en tous cas de faire en sorte que ce genre de drame n’arrive plus », confie Me Nève. Les auditions de membres du personnel pénitentiaire, réalisées dans le cadre de l’enquête pour le meurtre d’Huseyn Birinci, seraient déjà « particulièrement éclairantes », selon les avocats de Ben Otman.

Le ministre Geens a réagi à la déclaration du CPT en confiant qu’être ainsi le seul pays européen à ne pas disposer d’un service garanti au sein des prisons « n’est pas un honneur ». Ce service garanti figurait dans l’accord de gouvernement, a-t-il rappelé, en précisant qu’il « cherche un compromis depuis le début de la législature » à ce sujet.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une