La maison du Canal agrandie

Dans cet article
Le projet d’extension de la maison du canal.
Le projet d’extension de la maison du canal. - D.R.

Qui aurait pu imaginer en 2009 que la maison du Canal allait connaître un tel succès ? Daniel Senesael certainement ! Le Premier des Estaimpuisiens n’a jamais caché son attachement à ce lieu. « J’en ai fait une priorité pour le développement touristique d’Estaimpuis », rappelle-t-il. Pari gagné. Huit ans après l’ouverture de la maison, cette dernière louée par la commune d’Estaimpuis au SPW (Wallonie) par bail emphytéotique, va connaître une extension. Le SPW a déposé une demande de permis visant à agrandir le site. L’enquête publique qui a démarré la semaine dernière se termine le 25 août. Le dossier sera renvoyé à l’Urbanisme à la fin du mois, après la formalité du collège.

« Au fil du temps, différentes structures ont été installées pour du stockage notamment », explique le député-bourgmestre Daniel Senesael, « la maison du Canal est un bâtiment public, le lieu doit donc pouvoir répondre à toutes les exigences en matière d’hygiène alimentaire, d’urbanisme et de commodités pour les visiteurs ». Concrètement, le projet porte donc sur la création d’une pièce de stockage et de chambre froide pour répondre aux demandes de l’Afsca (côté aubette de la douane) et la construction d’une salle polyvalente (côté parking). Le bois sera le matériau de construction de cette double extension. « La salle aura une superficie de 80 mètres et offrira aussi une terrasse extérieure d’une vingtaine de mètres carrés » qui sera prolongée sur l’avant du bâtiment, comme c’est déjà le cas aujourd’hui.

« La maison du Canal connaît un énorme succès » qui est le fruit de l’exploitation du café-bistrot qui a été confiée à une personne privée qui sait faire tourner le lieu. « Il y a parfois tellement de monde qu’il n’est plus possible de développer les activités ludiques et touristiques qui doivent aussi être celles de la maison du canal », regrette Daniel Senesael, « il existe un potentiel qui n’est pas totalement exploité » et que la commune compte développer grâce à la nouvelle salle polyvalente.

Si tout va bien, les travaux pourraient démarrer à l’automne. Ils s’accompagneront, dans le secteur, d’une réfection du chemin de halage (Ravel) et de la pose d’un éclairage innovant qui ne s’allumera qu’au passage des personnes.

Budget

150.000 euros

Les travaux d’extension sont estimés à 150.000 euros. Ils comprendront aussi une extension des sanitaires. Une somme prise en charge par le SPW (la Wallonie) qui reste propriétaire des lieux, loués par bail emphytéotique à la commune d’Estaimpuis et exploités par une personne privée. Les travaux ne coûteront donc rien à la commune.

60.000 euros

Le long du canal, on prévoit la restauration du chemin de halage entre la maison du Canal et le café « Simone », et la pose d’un éclairage (automatique) sur ce tronçon et, à l’autre bout des 8 km, entre la rue du Château d’Eau et d’Evregnies). Un projet-pilote SPW-Ores-Estaimpuis estimé à 90.000 euros, dont 60.000 euros à charge de la commune.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Enquête|Urbanisme
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite