La maison du Canal agrandie

Dans cet article
Le projet d’extension de la maison du canal.
Le projet d’extension de la maison du canal. - D.R.

Qui aurait pu imaginer en 2009 que la maison du Canal allait connaître un tel succès ? Daniel Senesael certainement ! Le Premier des Estaimpuisiens n’a jamais caché son attachement à ce lieu. « J’en ai fait une priorité pour le développement touristique d’Estaimpuis », rappelle-t-il. Pari gagné. Huit ans après l’ouverture de la maison, cette dernière louée par la commune d’Estaimpuis au SPW (Wallonie) par bail emphytéotique, va connaître une extension. Le SPW a déposé une demande de permis visant à agrandir le site. L’enquête publique qui a démarré la semaine dernière se termine le 25 août. Le dossier sera renvoyé à l’Urbanisme à la fin du mois, après la formalité du collège.

« Au fil du temps, différentes structures ont été installées pour du stockage notamment », explique le député-bourgmestre Daniel Senesael, « la maison du Canal est un bâtiment public, le lieu doit donc pouvoir répondre à toutes les exigences en matière d’hygiène alimentaire, d’urbanisme et de commodités pour les visiteurs ». Concrètement, le projet porte donc sur la création d’une pièce de stockage et de chambre froide pour répondre aux demandes de l’Afsca (côté aubette de la douane) et la construction d’une salle polyvalente (côté parking). Le bois sera le matériau de construction de cette double extension. « La salle aura une superficie de 80 mètres et offrira aussi une terrasse extérieure d’une vingtaine de mètres carrés » qui sera prolongée sur l’avant du bâtiment, comme c’est déjà le cas aujourd’hui.

« La maison du Canal connaît un énorme succès » qui est le fruit de l’exploitation du café-bistrot qui a été confiée à une personne privée qui sait faire tourner le lieu. « Il y a parfois tellement de monde qu’il n’est plus possible de développer les activités ludiques et touristiques qui doivent aussi être celles de la maison du canal », regrette Daniel Senesael, « il existe un potentiel qui n’est pas totalement exploité » et que la commune compte développer grâce à la nouvelle salle polyvalente.

Si tout va bien, les travaux pourraient démarrer à l’automne. Ils s’accompagneront, dans le secteur, d’une réfection du chemin de halage (Ravel) et de la pose d’un éclairage innovant qui ne s’allumera qu’au passage des personnes.

Budget

150.000 euros

Les travaux d’extension sont estimés à 150.000 euros. Ils comprendront aussi une extension des sanitaires. Une somme prise en charge par le SPW (la Wallonie) qui reste propriétaire des lieux, loués par bail emphytéotique à la commune d’Estaimpuis et exploités par une personne privée. Les travaux ne coûteront donc rien à la commune.

60.000 euros

Le long du canal, on prévoit la restauration du chemin de halage entre la maison du Canal et le café « Simone », et la pose d’un éclairage (automatique) sur ce tronçon et, à l’autre bout des 8 km, entre la rue du Château d’Eau et d’Evregnies). Un projet-pilote SPW-Ores-Estaimpuis estimé à 90.000 euros, dont 60.000 euros à charge de la commune.

Sur le même sujet
EnquêteUrbanisme
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Arnaud Jacquemin, administrateur délégue d’Univers Drink
: «
Il y a dix ans, quand nous avons lancé nos produits, le sans alcool passait inaperçu. Aujourd’hui, c’est un vrai phénomène.
»

    Bières et vins sans alcool: une croissance à faire tourner la tête

  3. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite