Braine-l’Alleud: la famille Vandoorslaert a entamé son tour du monde

La famille Vandoorslaert a dit au revoir à ses amis avant de partir. © D.R.
La famille Vandoorslaert a dit au revoir à ses amis avant de partir. © D.R. - d.r.

Préparer un tour du monde ne se fait pas en un jour, et la dernière ligne droite peut s’apparenter parfois à un parcours du combattant. Heureusement, tout était fin prêt ce lundi soir pour le départ de la famille Vandoorslaert qui a enfin pris le départ de son voyage tant préparé et attendu durant 2 ans. «  Cela fait du bien de partir après tout ce boulot et tous les préparatifs, confie Jean-François. Nous prenons la route vers la France pour une première étape à Calais, c’est le début de l’aventure. »

Durant l’été, le fameux bus My Tiny School longera la côte française avec un rendez-vous fixé à Lisbonne le 31 août prochain. « Nous aurons encore une étape en Slovénie fixée pour le mois d‘octobre, et puis nous ne serons plus tenus par les dates, explique-t-il. Mon objectif est d’arriver à Hambourg fin mars 2018 pour remonter vers la Scandinavie et commencer le vrai tour du monde vers la Russie et l’Asie. »

Pour réussir un tel périple, il faut avoir tout sur la main pour offrir le confort nécessaire à une famille de trois enfants. Un défi réussi par Jean-François qui a complètement aménagé un bus Scania de 16 tonnes. Des chambres, une salle de bain, une cuisine et toutes les connexions internet et satellite sont installées pour le plaisir mais aussi continuer la scolarité de Charles, Louise et Victoria durant le voyage.

20.000 crayons à distribuer

L’éducation sera d’ailleurs le volet le plus important de ce tour du monde vu que la petite famille ira d’école en école pour découvrir les différents systèmes éducatifs de par le monde.

« Nous offrirons sur notre trajet les 20.000 crayons My tiny School que nous avons commandés, ainsi que 200 cartables complets », précise Jean-François.

Des quantités énormes, au regard du bus aménagé et qui transportera tout ce qu’une maison peut contenir, y compris deux… motos ! « Il a fallu imaginer toutes sortes de systèmes de rangement et tout rentrer n’a pas été facile, rigole-t-il. Mais nous partons pour une durée indéterminée, il fallait tout prévoir. »

Pour dire au revoir à leurs amis et toutes les personnes qui ont suivi de près ou de loin le début de l‘aventure My Tiny School, Jean-François, Charlotte, Charles, Louise et Victoria avaient donné rendez-vous à tout le monde au château Chesnau du parc Allard, à Braine-l’Alleud, mis à disposition par la Commune pour l’occasion.

Un après-midi festif qui s’est clôturé sur le coup de 19 h avec le départ du fameux bus pour commencer réellement une aventure qui réservera certainement beaucoup de surprises à cette famille pas comme les autres.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Internet|France|Asie|Lisbonne
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

  3. Il n’y a pas que la guerre commerciale de Donald Trump qui freine les exportations chinoises.

    La Chine s’essoufle, le monde a de bonnes raisons de s’inquiéter

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite