Charleroi: des bus hybrides d’ici la mi-octobre

Dans cet article
Avec ses véhicules hybrides, la flotte du TEC Charleroi sera plus «
verte
». © Photonews.
Avec ses véhicules hybrides, la flotte du TEC Charleroi sera plus « verte ». © Photonews. - photonews

La SRWT a commandé 90 de ces bus Volvo 7.900 Electric Hybrid rechargeables et des stations de recharge ABB construites en Suisse qui seront installées aux terminus. Ce sont les mêmes bus qu’à Stockholm, Luxembourg et Hambourg. Le TEC Namur va en recevoir 46 et Charleroi 55.

« Les premiers véhicules seront livrés dès la fin du mois d’août. On va en recevoir 15 par mois, les derniers devant être livrés avant la fin de l’année. Ce sont des bus hybrides rechargeables commandés par GPS. Quand ils entrent dans la zone du portique de rechargement, un pentographe se déploie automatiquement sur le toit du bus pour le recharger. Ceux-ci récupéreront aussi l’énergie de freinage pendant les trajets. Quand le bus n’aura plus assez l’électricité, il pourra continuer à rouler à l’énergie fossile, jusqu’au terminus où il pourra recharger ses batteries. On doit encore obtenir les permis d’urbanisme pour installer ces grandes bornes de rechargement aux terminus des lignes. », explique Gérard Monseux, président du TEC Charleroi.

Ce calendrier explique que les usagers ne pourront monter dans ces bus écologiques qu’à partir de la mi-octobre. Il faudra également démonter les valideuses de ticket et les plates-formes embarquées qui permettent aux chauffeurs de communiquer avec la centrale des vieux bus qui seront déclassés et les remonter sur les bus hybrides. Enfin, les chauffeurs devront suivre une formation avant de prendre le volant de ces bus hybrides. Et les techniciens devront également être formés à l’entretien de cette nouvelle génération de véhicules.

Comme ces bus sont très peu polluants, ils seront affectés en priorité sur les lignes qui passent par le cœur de Charleroi. La première ligne qui sera desservie par des bus hybrides à la mi-octobre, sera la ligne 18 qui relie le dépôt de Jumet à Châtelet en passant par Lodelinsart, le centre-ville, Marcinelle et Couillet.

Plus silencieux

La deuxième ligne équipée pour les bus hybrides sera la ligne 86 qui va de l’Athénée de Gosselies à la gare du Sud en passant par Jumet, Marchienne-au-Pont, Dampremy et le centre-ville.

Il faudra attendre le début de l’année 2019 pour que la ligne 3 bascule à son tour vers l’énergie électrique. Cette ligne relie la place de Montignies-sur-Sambre à la prison de Jamioulx en passant par le cœur de Charleroi et Marcinelle.

Les piétons vont devoir s’habituer à ces nouveaux bus qui seront nettement plus silencieux que ceux qui roulent au diesel. Côté look, ces nouveaux véhicules ultramodernes seront tout jaunes, sans bande gris et rouge sur les flancs.

Tec Charleroi

55

Le nombre de bus hybrides rechargeables qui seront livrés d’ici à la fin de l’année au TEC Charleroi.

300

Le nombre de véhicules qui composent la flotte de la filiale carolo de la Société régionale wallonne du transport (SRWT).

35

Le pourcentage d’émissions de CO2 en moins permises par le nouveau matériel.

9,9

En millions, le nombre de kilomètres cumulés parcourus par les bus du TEC Charleroi en 2016.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite