Charleroi: des bus hybrides d’ici la mi-octobre

Dans cet article
Avec ses véhicules hybrides, la flotte du TEC Charleroi sera plus «
verte
». © Photonews.
Avec ses véhicules hybrides, la flotte du TEC Charleroi sera plus « verte ». © Photonews. - photonews

La SRWT a commandé 90 de ces bus Volvo 7.900 Electric Hybrid rechargeables et des stations de recharge ABB construites en Suisse qui seront installées aux terminus. Ce sont les mêmes bus qu’à Stockholm, Luxembourg et Hambourg. Le TEC Namur va en recevoir 46 et Charleroi 55.

« Les premiers véhicules seront livrés dès la fin du mois d’août. On va en recevoir 15 par mois, les derniers devant être livrés avant la fin de l’année. Ce sont des bus hybrides rechargeables commandés par GPS. Quand ils entrent dans la zone du portique de rechargement, un pentographe se déploie automatiquement sur le toit du bus pour le recharger. Ceux-ci récupéreront aussi l’énergie de freinage pendant les trajets. Quand le bus n’aura plus assez l’électricité, il pourra continuer à rouler à l’énergie fossile, jusqu’au terminus où il pourra recharger ses batteries. On doit encore obtenir les permis d’urbanisme pour installer ces grandes bornes de rechargement aux terminus des lignes. », explique Gérard Monseux, président du TEC Charleroi.

Ce calendrier explique que les usagers ne pourront monter dans ces bus écologiques qu’à partir de la mi-octobre. Il faudra également démonter les valideuses de ticket et les plates-formes embarquées qui permettent aux chauffeurs de communiquer avec la centrale des vieux bus qui seront déclassés et les remonter sur les bus hybrides. Enfin, les chauffeurs devront suivre une formation avant de prendre le volant de ces bus hybrides. Et les techniciens devront également être formés à l’entretien de cette nouvelle génération de véhicules.

Comme ces bus sont très peu polluants, ils seront affectés en priorité sur les lignes qui passent par le cœur de Charleroi. La première ligne qui sera desservie par des bus hybrides à la mi-octobre, sera la ligne 18 qui relie le dépôt de Jumet à Châtelet en passant par Lodelinsart, le centre-ville, Marcinelle et Couillet.

Plus silencieux

La deuxième ligne équipée pour les bus hybrides sera la ligne 86 qui va de l’Athénée de Gosselies à la gare du Sud en passant par Jumet, Marchienne-au-Pont, Dampremy et le centre-ville.

Il faudra attendre le début de l’année 2019 pour que la ligne 3 bascule à son tour vers l’énergie électrique. Cette ligne relie la place de Montignies-sur-Sambre à la prison de Jamioulx en passant par le cœur de Charleroi et Marcinelle.

Les piétons vont devoir s’habituer à ces nouveaux bus qui seront nettement plus silencieux que ceux qui roulent au diesel. Côté look, ces nouveaux véhicules ultramodernes seront tout jaunes, sans bande gris et rouge sur les flancs.

Tec Charleroi

55

Le nombre de bus hybrides rechargeables qui seront livrés d’ici à la fin de l’année au TEC Charleroi.

300

Le nombre de véhicules qui composent la flotte de la filiale carolo de la Société régionale wallonne du transport (SRWT).

35

Le pourcentage d’émissions de CO2 en moins permises par le nouveau matériel.

9,9

En millions, le nombre de kilomètres cumulés parcourus par les bus du TEC Charleroi en 2016.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite