Accueil Belgique Politique

Samusocial: Michel Degueldre, un homme de principes sur le gril

Le président du CA du Samusocial, expert reconnu et chef de clinique, est englué dans le scandale de l’ASBL bruxelloise. Il sera entendu en commission ce mercredi.

Portrait - Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

U n immense gâchis. » C’est le mot qui revient le plus souvent pour décrire ce qui s’est passé quand a été révélé il y a une semaine le contenu du mail envoyé par Michel Degueldre, président du CA du Samusocial, à son chargé de relations publiques, lui demandant d’enquêter sur «  la vie, les études, habitudes, convictions et amis des deux vedettes journalistiques du Vif et de la RTBF, ainsi que du député Ecolo  » . Tous ceux qui connaissent Degueldre disent que « ces procédés, incontestablement inqualifiables, ne lui ressemblent pas ».

Certes, Degueldre, quasi 1 m 90, quelques kilos en trop, la voix imposante, est « un mâle alpha », un chef de groupe, un meneur. Du style dont on ne marche pas sur les pieds sans en entendre parler. « Il peut être dur. Il a dirigé des gens pendant des décennies. » Mais un meneur de ceux dont on aimerait plutôt partager les objectifs. Il y a presque 50 ans, il choisit Saint-Pierre, hôpital public où l’on est payé un minimum pour faire le maximum. « Les semaines de 80 heures, les réveils à n’importe quelle heure ne lui faisaient pas peur. Les urgences ne prennent pas rendez-vous. »

Degueldre, parfait trilingue, pourrait choisir les clientes privées, le confort des cliniques privées, la douceur du luxe. Bien des dames connues du tout-Belgique, voire au-delà, choisissent sa consultation. Lui, il choisit d’opérer dans un hôpital où l’on soigne en quarante langues (plus celle des mains), où un quart des patients ne peut pas payer l’addition, où les malades n’ont parfois pas de nom, leur seule image étant celle de la reconnaissance des soignants.

« Cet homme est né riche »

« Que voulez-vous qu’il fasse des jetons du Samusocial ? Cet homme est né riche, il a une belle maison. Oui, il aime les belles voitures et roule en Aston Martin, mais c’est de l’argent de famille. » Insensible au luxe ? Sûrement pas. Prêt à oublier ses principes pour « piquer l’argent aux pauvres »  ? « Cela me surprendrait vraiment, vraiment beaucoup. Il est allé, comme moi, soigner des femmes au fin fond de la Mongolie, des soins gynécos difficiles, à ses frais. Il a mis son service sur pied et lui a donné une renommée de haut niveau, où une haute fonctionnaire européenne et une réfugiée du parc Maximilien peuvent se côtoyer en étant certaines d’être soignées au mieux. »

Au sein de l’ASBL Aquarelle, intégrée dans l’hôpital, il met au point des consultations prénatales dans l’aide médicale urgente qui permet à chacun d’être soigné, y compris les sans-papiers. « L ’enjeu, c’est de persuader les mères de venir à l’hôpital pour suivre la grossesse, alors que leurs mères ont accouché à la maison », explique un autre spécialiste qui l’a côtoyé. « Le but est d’éviter la prématurité et la morbidité liées aux maladies pendant la grossesse. La meilleure façon est d’assurer un suivi de grossesse le plus tôt possible et ce suivi est d’autant plus important quand on cumule des critères de vulnérabilité. De plus, ces femmes ont souvent une histoire très difficile de mariage forcé, de mutilation sexuelle, de rejet de la famille, de viol, etc. Et à cela s’ajoutent évidemment les faibles revenus. Ces femmes sont psychologiquement très fragilisées, ce qui a un impact sur la grossesse », expliquait Degueldre à l’époque.

Professeur, chef de clinique, top gynéco

Apre au gain, Degueldre ? « Franchement ! J’admets qu’il ait ses partisans et ses détracteurs, mais quand il parle argent, c’est pour en trouver davantage. Pour réaliser ses objectifs, pas pour le mettre en poche. Il l’a fait pour son service, avant d’être retraité, il y a quelques années. Il l’a fait huit ans comme président de Médecins du Monde. Il l’a fait ensuite pour le Samusocial. S’il avait voulu faire de l’argent, il lui aurait suffi de multiplier les consultations. C’est pas en passant des nuits avec les sans-papiers qu’on se fait du blé ! »

Ferait-il de l’humanitaire pour soigner son image, pour ne pas passer du « professeur, chef de clinique, top gynéco, expert reconnu » au « retraité dans ses pantoufles »  ? « Sans doute un peu. Et alors ? Vous préféreriez qu’un type comme cela rentre chez lui ? C’est ce qui va arriver sans doute bientôt. On aura gagné quoi ? »

« Michel n’était pas là pour faire de la compta »

Pourquoi alors ce mail inqualifiable, inquisiteur, malsain ? « Il a cru qu’on l’attaquait, qu’il y avait un complot contre lui, que des gens se liguaient pour le jeter dehors, lui et les gens à qui il a fait confiance. Michel, il est comme cela. Il est capable de s’énerver un jour parce qu’il est contrarié, sur une pulsion. Puis de s’excuser le lendemain et de continuer à travailler avec vous sans réserve. » Un autre : « Il aurait dû se dire : mais qu’est-ce que ces journalistes critiquent, y a-t-il à redire ? Il a cru qu’on jouait l’homme, il s’est défendu en étant sûr d’être de bon droit. Il s’est trompé. »

L’a-t-on trompé ? C’est l’hypothèse de la plupart de nos interlocuteurs. « Je connais très bien le monde médical, un peu moins le monde du social », disait-il en prenant ses fonctions. « Il a dû arriver dans un système qui fonctionnait, qu’il n’a pas audité, il a fait confiance et s’est occupé à bras-le-corps de ce qu’il connaît, le médical, les soins. Les urgences ont succédé aux urgences. Les médecins qui sont les mains dans le sang, le pus et la merde, que voulez-vous, ils ne se penchent pas souvent sur les paperasses. Michel, il était là pour faire naître les bébés, pas pour faire de la compta. ». La conclusion ? « Ce qu’il a fait dans ce mail est impardonnable, mais on ne peut pas juger un homme sur un mail. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Hawkins Danielle, mercredi 19 juillet 2017, 17:23

    Michel Degueldre, un médecin au professionalisme irréprochable et un homme à la générosité sans bornes. Dommage qu'il n'y en ait pas plus comme lui. J'ai été une de ses patientes pendant 25 ans. Ma fille est là grâce à lui. MERCI!

  • Posté par Eric Lavenne, mercredi 19 juillet 2017, 8:35

    Monsieur; je ne vous connais pas du tout. Mais d'après la lecture ,ici réalisée ,je vous suis très reconnaissant pour votre ,pratique en médecine. Malheureusement , à ce jour , dans les notions algébriques , les pseudo "négatifs" sont démultipliés afin de vous "avilir" ; vous avez à faire à des "destructeurs" qui cherchent à vous anéantir par quelque moyen que ce soit. Et comme les crocodiliens ,ne lâchent jamais leur proie. Quant aux gangsters réels ,ils s'en sortent toujours. Merci, Docteur pour vos dons médicaux prodigués .Et si vous avez ,mauvais caractère ,je m'en fous complètement ; c'est avec ce genre de personne ,qu'on en apprend le plus

  • Posté par Monsieur Alain, mercredi 19 juillet 2017, 7:38

    Il faut des années pour se bâtir une réputation et cinq minutes pour la perdre. La presse n'a rien à se reprocher, elle fait son travail d'information à charge comme à décharge. Juger un homme sur un seul mail ? Certes non. Mais : 1° Est-ce le seul mail ou le seul dont on ait connaissance ? - 2° Est-ce un accident ou révélateur d'une mentalité ? 3° Peut-on être à ce point naïf pour écrire pareilles horreurs sans se douter que - tôt ou tard - votre "pire ennemi" pourra en prendre connaissance et le divulguer ? Quand on est un "Grand Homme" (G et H majuscules), avec un QI à l'avenant, on fait de grandes choses ..... les conneries aussi.

  • Posté par Walraff Jean-luc, mardi 18 juillet 2017, 21:58

    Tiens, la presse aurait-elle parfois mauvaise conscience? Faute excusée est à moitié pardonnée.

  • Posté par De Vlaeminck Eric, mardi 18 juillet 2017, 21:53

    Michel De Gueldre est un professionnel de la santé aux qualités exceptionnelles et comme le décrit l'article , des qualités humaines largement au dessus la moyenne. Si plus de personnes s'investissait comme il l'a fait le monde irait bien mieux. Enfin un article qui cerne de manière honnête ce grand Monsieur.

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une