21-Juillet: la circulation sera perturbée à Bruxelles (carte interactive)

Axe fermé prendant le 21-Juillet 2016 @Photo News
Axe fermé prendant le 21-Juillet 2016 @Photo News

À l’occasion de la fête nationale, vendredi, la circulation automobile sera interdite aux alentours du Palais royal et du Parc royal, avertit la zone de police Bruxelles-Ixelles. Le matin, les environs de la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule seront fermés au trafic pendant le Te Deum. L’après-midi, pendant le défilé militaire qui part du Cinquantenaire, le quartier européen sera également impacté. La place des Palais sera fermée à la circulation du jeudi 20 juillet au soir au samedi 22 juillet dans la matinée.

Le détail des rues

Autour du parc de Bruxelles, les rues suivantes seront interdites aux véhicules dès 05h00 du matin et jusqu’à la fin des festivités : place Poelaert (y compris la sortie Poelaert du tunnel Stéphanie qui sera déjà fermée la nuit), rue des Quatre-Bras, rue de la Régence, place du Grand Sablon, les rues Ernest Allard, Joseph Dupont, Coppens, Bodenbroeck et de Ruysbroeck, place du Petit Sablon, place Royale, Coudenberg, Mont des Arts, rue Ravenstein et rue Royale (entre Loi et place Royale) et rue Ducale (entre Loi et Trône).

De 07h30 du matin à 10h00, les environs de la cathédrale seront fermés à l’occasion du Te Deum : boulevard Pachéco, boulevard de Berlaimont, boulevard de l’Impératrice, boulevard de l’Empereur, rue de Loxum, rue Cardinal Mercier et le Cantersteen. Le tunnel Saint-Lazare sera fermé dès 06h00 du matin.

Le défilé militaire est prévu de 16h00 à 18h00 au départ du Cinquantenaire. Les tunnels Cinquantenaire-Loi et Reyers direction centre seront fermés dès 12h30. Il sera également interdit de circuler sur les axes suivants dès 12h30 : avenue d’Auderghem (entre la Chasse et Schuman), avenue de Cortenbergh (entre Renaissance et Schuman), rue Archimède, rond-point Schuman, rue de la Loi (y compris accès tunnel Joyeuse Entrée) et rue Lambermont. De 14h00 à 18h00, les axes suivants seront également fermés : place du Trône en surface (aucune interruption dans les tunnels sauf fermeture de la sortie Belliard), avenue des Arts et boulevard du Régent entre Loi et Trône (fermetures uniquement en surface), rue du Luxembourg, rue Montoyer et rue Belliard (y compris la sortie Belliard du tunnel Trône et le grand tunnel Belliard direction (E40)/Tervuren).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  2. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  3. La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration.

    La suédoise, hyperactive sur le dossier migratoire

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite