21-Juillet: la circulation sera perturbée à Bruxelles (carte interactive)

Axe fermé prendant le 21-Juillet 2016 @Photo News
Axe fermé prendant le 21-Juillet 2016 @Photo News

À l’occasion de la fête nationale, vendredi, la circulation automobile sera interdite aux alentours du Palais royal et du Parc royal, avertit la zone de police Bruxelles-Ixelles. Le matin, les environs de la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule seront fermés au trafic pendant le Te Deum. L’après-midi, pendant le défilé militaire qui part du Cinquantenaire, le quartier européen sera également impacté. La place des Palais sera fermée à la circulation du jeudi 20 juillet au soir au samedi 22 juillet dans la matinée.

Le détail des rues

Autour du parc de Bruxelles, les rues suivantes seront interdites aux véhicules dès 05h00 du matin et jusqu’à la fin des festivités : place Poelaert (y compris la sortie Poelaert du tunnel Stéphanie qui sera déjà fermée la nuit), rue des Quatre-Bras, rue de la Régence, place du Grand Sablon, les rues Ernest Allard, Joseph Dupont, Coppens, Bodenbroeck et de Ruysbroeck, place du Petit Sablon, place Royale, Coudenberg, Mont des Arts, rue Ravenstein et rue Royale (entre Loi et place Royale) et rue Ducale (entre Loi et Trône).

De 07h30 du matin à 10h00, les environs de la cathédrale seront fermés à l’occasion du Te Deum : boulevard Pachéco, boulevard de Berlaimont, boulevard de l’Impératrice, boulevard de l’Empereur, rue de Loxum, rue Cardinal Mercier et le Cantersteen. Le tunnel Saint-Lazare sera fermé dès 06h00 du matin.

Le défilé militaire est prévu de 16h00 à 18h00 au départ du Cinquantenaire. Les tunnels Cinquantenaire-Loi et Reyers direction centre seront fermés dès 12h30. Il sera également interdit de circuler sur les axes suivants dès 12h30 : avenue d’Auderghem (entre la Chasse et Schuman), avenue de Cortenbergh (entre Renaissance et Schuman), rue Archimède, rond-point Schuman, rue de la Loi (y compris accès tunnel Joyeuse Entrée) et rue Lambermont. De 14h00 à 18h00, les axes suivants seront également fermés : place du Trône en surface (aucune interruption dans les tunnels sauf fermeture de la sortie Belliard), avenue des Arts et boulevard du Régent entre Loi et Trône (fermetures uniquement en surface), rue du Luxembourg, rue Montoyer et rue Belliard (y compris la sortie Belliard du tunnel Trône et le grand tunnel Belliard direction (E40)/Tervuren).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite