Le tourisme de luxe, un nouveau-né en Wallonie

Le Château du Lac, à Genval, est l’un des deux hôtels 5 étoiles de Wallonie. L’établissement allie le charme d’un château au confort d’un hôtel de luxe. © René Breny.
Le Château du Lac, à Genval, est l’un des deux hôtels 5 étoiles de Wallonie. L’établissement allie le charme d’un château au confort d’un hôtel de luxe. © René Breny. - Le soir

Quand on pense à des vacances en Wallonie, le Belge voit directement défiler dans sa tête des images des Ardennes et se met en quête d’un gîte confortable mais modeste, ressemblant à l’ancienne maison de sa grand-mère, histoire de faire un bond dans le passé, façon madeleine de Proust. Il ne pensera que très rarement, en tout cas pour le francophone, à passer des vacances ou un week-end dans cette région qui compte pourtant bon nombre d’établissements haut de gamme.

Evidemment, on ne peut toujours pas parler d’une industrie touristique du luxe en Wallonie mais elle se développe, de manière confidentielle, à l’abri des regards indiscrets, comme l’aime une clientèle huppée à la recherche de l’expérience exceptionnelle.

Le tourisme de luxe, c’est également une manière d’attirer des étrangers plus fortunés et prêts à revivre eux aussi des moments plus simples. Car voici aussi le défi. Pas question pour la Wallonie de devenir un lieu pour les riches milliardaires comme on peut en trouver dans les grandes capitales. Il faut en même temps proposer des infrastructures répondant à tous les critères modernes tout en conservant un patrimoine et des traditions plus rurales. La rénovation du patrimoine passe alors aussi par ce tourisme haut de gamme. Français, Britanniques ou encore Chinois en sont particulièrement friands.

Mais l’hébergement d’exception, à savoir les hôtels 5 étoiles, est quasi inexistant. La Wallonie ne compte que deux établissements de ce type, à savoir le Château du Lac, à Genval et Les Comtes de Méan (l’ancien Crowne Plazza), à Liège. Ces établissements sont donc, pour l’un, proche de Bruxelles qui attire un tourisme d’affaires et une clientèle plus haut de gamme, et pour l’autre, dans un centre urbain qui, lui aussi, tente de proposer un tourisme d’affaires.

Les établissements 4 étoiles offrent environ 4.000 lits, soit 20 % de la capacité hôtelière totale de l’ensemble de la Wallonie. En 2014, l’Observatoire du tourisme wallon a enregistré 6,3 millions de nuitées, soit 20 % du nombre de nuitées passées en Belgique pour la même année. Et c’est la province du Luxembourg, plus éloignée, qui, sans surprise, rafle la première place.

La Wallonie cherche donc à développer ce tourisme d’exception grâce à des lieux insolites traditionnels, à des activités uniques mais surtout grâce au tourisme durable.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Syrie_Repubblica

    Syrie: le papa qui transforme la guerre en un jeu pour distraire sa fille de l’horreur (vidéo)

  2. « Les sociétés installées dans notre pays ont régulièrement besoin de travailleurs étrangers spécifiques », explique Maggie De Block (Open Vld). « Grâce à notre simplification administrative, nous avons raccourci la procédure.
»

    Travailleurs étrangers: le gouvernement corrige le tir sur le permis unique

  3. Dans l’histoire de Mélusine Productions qui a débuté en 1998, « Zero impunity » est le film d’animation hybride le plus engagé à ce jour : il dénonce les crimes sexuels commis dans les zones de guerre.

    Festival Anima: les doigts de fée de l’animation

La chronique
  • Pourquoi le socialisme n’a jamais pris aux USA

    Après trois ans de harangues et d’imprécations contre Donald Trump, les choses sérieuses ont commencé pour l’opposition démocrate. Première étape, capitale : se choisir un(e) candidat(e) susceptible de rassembler une majorité d’Américains le 3 novembre prochain, pour battre le président sortant.

    Dans ce contexte, Bernie Sanders a entamé la course à l’investiture sur les chapeaux de roue : première place, ex aequo avec Pete Buttigieg, lors du caucus de l’Iowa et victoire dans la primaire du New Hampshire.

    Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention nationale de Milwaukee, prévue du 13 au 16 juillet, qui désignera le challenger de Trump. Mais ces succès du sénateur du Vermont, conjugués au départ catastrophique de Joe Biden – longtemps favori des sondages et du Parti – ont plongé l’appareil démocrate dans des abîmes de perplexité.

    Un sondage publié ce lundi sur le site de Newsweek aura sans...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: on en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après...

    Lire la suite