Le tourisme de luxe, un nouveau-né en Wallonie

Le Château du Lac, à Genval, est l’un des deux hôtels 5 étoiles de Wallonie. L’établissement allie le charme d’un château au confort d’un hôtel de luxe. © René Breny.
Le Château du Lac, à Genval, est l’un des deux hôtels 5 étoiles de Wallonie. L’établissement allie le charme d’un château au confort d’un hôtel de luxe. © René Breny. - Le soir

Quand on pense à des vacances en Wallonie, le Belge voit directement défiler dans sa tête des images des Ardennes et se met en quête d’un gîte confortable mais modeste, ressemblant à l’ancienne maison de sa grand-mère, histoire de faire un bond dans le passé, façon madeleine de Proust. Il ne pensera que très rarement, en tout cas pour le francophone, à passer des vacances ou un week-end dans cette région qui compte pourtant bon nombre d’établissements haut de gamme.

Evidemment, on ne peut toujours pas parler d’une industrie touristique du luxe en Wallonie mais elle se développe, de manière confidentielle, à l’abri des regards indiscrets, comme l’aime une clientèle huppée à la recherche de l’expérience exceptionnelle.

Le tourisme de luxe, c’est également une manière d’attirer des étrangers plus fortunés et prêts à revivre eux aussi des moments plus simples. Car voici aussi le défi. Pas question pour la Wallonie de devenir un lieu pour les riches milliardaires comme on peut en trouver dans les grandes capitales. Il faut en même temps proposer des infrastructures répondant à tous les critères modernes tout en conservant un patrimoine et des traditions plus rurales. La rénovation du patrimoine passe alors aussi par ce tourisme haut de gamme. Français, Britanniques ou encore Chinois en sont particulièrement friands.

Mais l’hébergement d’exception, à savoir les hôtels 5 étoiles, est quasi inexistant. La Wallonie ne compte que deux établissements de ce type, à savoir le Château du Lac, à Genval et Les Comtes de Méan (l’ancien Crowne Plazza), à Liège. Ces établissements sont donc, pour l’un, proche de Bruxelles qui attire un tourisme d’affaires et une clientèle plus haut de gamme, et pour l’autre, dans un centre urbain qui, lui aussi, tente de proposer un tourisme d’affaires.

Les établissements 4 étoiles offrent environ 4.000 lits, soit 20 % de la capacité hôtelière totale de l’ensemble de la Wallonie. En 2014, l’Observatoire du tourisme wallon a enregistré 6,3 millions de nuitées, soit 20 % du nombre de nuitées passées en Belgique pour la même année. Et c’est la province du Luxembourg, plus éloignée, qui, sans surprise, rafle la première place.

La Wallonie cherche donc à développer ce tourisme d’exception grâce à des lieux insolites traditionnels, à des activités uniques mais surtout grâce au tourisme durable.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Septembre 2020, remake du «
pas avec le MR
», avec Georges-Louis Bouchez dans le rôle du «
mouton noir
».

    Négociations fédérales: le jeu des familles (du divorce, plutôt)

  2. d-20200913-GHVXNL 2020-09-13 17:19:21

    Santé en Lutte: itinéraire d’un déploiement policier qui fait mal

  3. Pour Johan Ickx, des milliers de Juifs auraient été sauvés grâce à Pie XII.

    Johan Ickx au «Soir»: «Je me demande pourquoi Yad Vashem ne loue pas Pie XII»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 62: le dégoût

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    En ville, y avait des gens qui grouillaient dans tous les coins, dans la rue et les transports en commun, sur les terrasses, à vélo, debout, assis, partout.

    On se faufilait au milieu en louvoyant, ondulant, frôlant, évitant, avec cette impression poisseuse d’avoir enfilé des gants de crasse et de sentir grimper le long du corps des colonnes d’acaryotes, en file indienne comme des fourmis, pour tenter de se glisser sous le masque par l’entrebâillement sous le menton.

    Sans prévenir, a jailli alors comme un trop-plein de tout, un sentiment de gros beurk, une envie de se doucher au Dettol, de se terrer dans une belle cage de verre aseptisée, sur un lit avec des draps blancs et un wifi hyper puissant.

    Déjà, la veille, on avait dû désinfecter le petit qui se frottait à tout ce qu’il trouvait. Ne touche pas la rampe en montant. « Trop taaard...

    Lire la suite