Des salaires hors normes pour les dirigeants et présentateurs vedettes de la BBC

©AFP
©AFP

​La BBC, le service public audiovisuel britannique, a révélé pour la première fois mercredi les salaires annuels de ses dirigeants et présentateurs vedettes payés plus de 150.000 livres (169.000 euros), répondant là à une injonction du gouvernement, malgré ses réticences.

Avec plus de 2,2 millions de livres (presque 2,5 millions d’euros), le producteur de radio Chris Evans arrive en tête de la liste. Il anime la matinale sur BBC Radio 2, après avoir été jusqu’en juillet 2016 le présentateur de l’émission télévisée Top Gear, très populaire au Royaume-Uni.

Chris Evans ©PhotoNews
Chris Evans ©PhotoNews

Le directeur général se justifie

Devançant les critiques, alors que la BBC est financée par la redevance publique, le directeur général Tony Hall a tenté de justifier ces niveaux de rémunérations. « Je comprends que pour beaucoup de monde, ces chiffres représentent des sommes très importantes, mais nous sommes un diffuseur mondial, dans un marché très concurrentiel », a-t-il expliqué sur BBC Radio 4, une des radios du groupe.

« Les gens veulent voir des animateurs, des présentateurs vedettes, des grandes stars, mais voudraient qu’on les paie moins que ce qu’ils peuvent obtenir » chez les concurrents, a estimé le directeur général.

Des inégalités salariales en fonction du genre

Jusqu’au sein du gouvernement, des observateurs ont reproché les inégalités salariales en fonction du genre constatées au sein du groupe : dans cette liste de plus de 200 noms, un tiers seulement sont des femmes, et leurs salaires sont très inférieurs aux sommets atteints par leurs homologues masculins.

La BBC s’était initialement opposée à la publication de ces chiffres, jugeant que cela permettrait à ses concurrents d’attirer ses personnalités en leur proposant de meilleurs salaires. Elle a finalement été contrainte de le faire suite à l’adoption en septembre 2016 d’une réforme gouvernementale.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite