1.445 numéros Inami seront attribués en 2023, dont 607 francophones

1.445 numéros Inami seront attribués en 2023, dont 607 francophones

Le Conseil des ministres a approuvé jeudi en deuxième lecture un projet d’arrêté royal fixant définitivement les quotas de numéros Inami attribués pour 2023 aux futurs médecins - au nombre de 607 (BIEN 607) pour la Communauté française et de 838 (BIEN 838) pour son homologue flamande - ainsi qu’un avant-projet de loi instaurant un mécanisme de contrôle et de suivi des quotas pour les années suivantes, a annoncé la ministre de la Santé publique, Maggie De Block.

Le nombre maximum de candidats attestés donnant accès à l’un des titres professionnels réservés aux praticiens de l’art médical est fixé par arrêté royal, année après année.

Pour l’année 2023, un quota global a été fixé correspondant à un nombre de 1.445 étudiants en médecine pouvant obtenir un numéro Inami, répartis entre 607 (BIEN 607) praticiens pour la Communauté française et de 838 (BIEN 838) pour la Flandre, a précisé Mme De Block (Open Vld), dans un communiqué.

Les deux textes ont été adaptés en fonction de l’avis du Conseil d’Etat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ER5irEcXYAEzIFh

    Polanski primé, Adèle Haenel quitte la salle: le cinéma français déchiré aux César 2020

  2. CHINA-HEALTH_JAPAN

    Comment le coronavirus bouleverse la planète

  3. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    «2050, Bruxelles en mieux»: des idées qui germent dès aujourd’hui

La chronique
  • Elections municipales: en France, dernier arrêt avant l’irréparable

    Dans quinze jours, les Français se rendront aux urnes pour élire leurs maires. Une simple élection locale ? C’est ce que tentent toujours de faire croire les pouvoirs en place lorsqu’ils sont en difficulté.

    Test majeur

    Emmanuel Macron ne fait pas exception. Mais à qui fera-t-il avaler qu’il ne se préoccupe pas de ce test majeur à deux ans d’une présidentielle qui sera celle de tous les dangers ? L’affaire...

    Lire la suite