21 juillet: le roi Philippe et la reine Mathilde chaleureusement accueillis pour le Te Deum

Ce vendredi, la fête nationale a débuté avec le Te Deum à 10 heures, dans la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule, en présence du roi Philippe et de la reine Mathilde et de leurs quatre enfants.

Comme chaque année, la foule – environ 500 personnes – était présente pour accueillir les souverains.

Le cardinal Jozef De Kesel a célébré le Te Deum à 10H00. L’assemblée, composée d’au moins 800 personnes, comptait des corps constitués, de nombreux ambassadeurs et représentants politiques, à commencer par le Premier ministre Charles Michel et les ministres fédéraux Didier Reynders, Kris Peeters, Willy Borsus, Daniel Bacquelaine, Steven Vandeput, Koen Geens, François Bellot et Marie-Christine Marghem. Étaient également présents la présidente du Sénat Christine Defraigne et celui de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Ils seront nombreux à se rendre ensuite à la traditionnelle réception au palais d’Egmont, décoré pour la fête nationale de compositions florales de la maison de l’artiste Daniël Ost.

Des personnes de l’association patriotique Pro Belgica ont agité une quinzaine de drapeaux belges depuis le public.

Bain de foule

Le couple royal et ses enfants Elisabeth, Éléonore, Gabriel et Emmanuel ont pris un bain de foule d’une trentaine de minutes à la sortie du Te Deum. Ils ont été accueillis sous des applaudissements et des « Vive le roi » dès la descente des marches de la cathédrale. La reine Mathilde a reçu de nombreux bouquets de fleurs.

«  C’est un beau couple », estime Éric (59 ans), un Bruxellois qui assistait à l’événement pour la première fois. « Pour les parties flamande, wallonne et bruxelloise du pays, le Roi est un beau symbole d’unité ».

Le défilé militaire et civil se déroulera sur la place des Palais à partir de 16h00.

La fête nationale se terminera en apothéose avec un grand feu d’artifice musical tiré par les Maîtres Artificiers Van Cleemput depuis le jardin et les toits du Palais des Académies. Le public est convié place des Palais mais les illuminations seront bien entendu visibles au-delà.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite