Accueil Société

Julian Assange au Soir: «Les services de renseignement traitent les journalistes comme des espions»

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, sera lundi l’invité très spécial du Festival des Libertés, au Théâtre National. Nous l’avons interrogé sur la meilleure manière de protéger les « lanceurs d’alerte ».

Article réservé aux abonnés
Grand reporter Temps de lecture: 5 min

En dix ans, les lanceurs d’alerte ont gagné leurs titres de noblesse. Qu’ils se nomment Manning (Cablegate), Snowden (espionnage de masse de la NSA) ou Deltour (LuxLeaks), ils sont devenus des piliers de la résistance démocratique. Mais les lois les défendent insuffisamment, et les médias qui les relaient n’utilisent pas toujours les technologies nécessaires pour protéger leur anonymat. Toujours réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, sera ce lundi soir l’invité du Festival des Libertés pour débattre en duplex de « Transparence politique et protection de la vie privée ». Nous lui avons demandé quelles étaient les urgences dans la protection des lanceurs d’alerte.

En matière de protection des lanceurs d’alerte, où est l’urgence ? Doit-on améliorer d’abord les lois ou les technologies ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs